Coronavirus : du théâtre et de la poésie à la maison pour amateurs confinés

Cinq comédiens de la compagnie Chauffe-Brûle à Avon (77) murmurent de la poésie à votre oreille par téléphone. / © Caroline Labbé
Cinq comédiens de la compagnie Chauffe-Brûle à Avon (77) murmurent de la poésie à votre oreille par téléphone. / © Caroline Labbé

Le propre d'un artiste est de jouer avec les contraintes pour stimuler sa créativité. Faute de planche, des solutions émergent : captation de spectacles, solo face caméra, journal de bord du confinement… A Paris, comme en banlieue, il y en a pour tous les goûts, à découvrir depuis son canapé.

Par Didier Morel

Depuis le début du confinement, les initiatives de théâtres se multiplient sur la toile. Covid-19 ne fait pas écran à l’inventivité des artistes pour toucher tous les publics. Confinés eux aussi à la maison, les comédiens et auteurs se mobilisent sur les réseaux sociaux avec un mot d'ordre : compenser la fermeture des salles de spectacle, à l’instar de la compagnie Chauffe-Brûle en Seine-et-Marne et de Wajdi Mouawad à Paris.

"Le quart d’heure de poésie" par la Compagnie Chauffe-Brûle à Avon (77)

Ils sont cinq comédiens à venir vous murmurer à l'oreille des poèmes. "Nous, on n'est pas des soignants, ou alors avec la poésie on devient peut-être des médecins de l'âme ou de l'esprit. On propose par téléphone de lire de la poésie contemporaine ou ancienne depuis le premier jour du printemps, le 20 mars." Alain Laurenceau est le directeur de la compagnie Chauffe-Brule, créée en 2010 à Avon près de Fontainebleau (77). Depuis le premier jour du printemps, avec ses amis comédiens, ils en sont déjà à une trentaine d'interventions téléphoniques en région parisienne et même au-delà dans les Deux-Sévres ou à Alésia en Côte-d'Or (21). Une parisienne de 97 ans, Marguerite Magna - déjà une fidèle - témoigne du bonheur de recevoir chaque soir un appel de la comédienne Chloée Van der Maesen. "C'est une amie qui m'a inscrite. C'est très agréable. Je suis seule alors cela me permet d'avoir chaque soir un contact et une conversation au téléphone. J'ai bien aimé écouter la poésie de René Guy Cadou et de Victor Hugo par exemple.
René Guy Cadou - Usage Interne :

J'aimerais assez cette critique de la poésie : la poésie est inutile comme la pluie.

Le quart de poésie / © Compagnie Chauffe-Brûle
Le quart de poésie / © Compagnie Chauffe-Brûle
Victor Hugo - Les Contemplations

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Plus largement, parmi les poètes proposés, des contemporains : Cécile Coulon, Prix Apollinaire 2018 (le Goncourt de la poésie), Jacques Darras, Boris Vian (dont on fête le centenaire de sa naissance) et parmi les classiques : René Char, Charles Baudelaire. Ou encore Joachim Du Bellay - Heureux qui comme Ulysse

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village,
Fumer la cheminée, et en quelle saison,
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?

Vous êtes tentés ? Alors c'est très simple, il suffit d’envoyer votre nom et votre numéro de téléphone sur le mail de la Cie: compagniechauffe-brule@orange.fr 
Entre 17h et 19h les jours qui suivront, ils vous appelleront pour vous dire "des poèmes d’hier, d’aujourd’hui et vous susurrer des mots doux".

Que le spectacle continue au Théâtre Le funambule Montmartre

Avec ses 120 places, le Funambule-Montmartre, à Paris dans le XVIIIème arrondissement, est une des plus petites salles de spectacle privé parmi les 50 grandes des Théâtres Parisiens associés.
Selon Tristan Presti, le responsable communication, "l'enjeu important est de continuer à exister et de faire notre métier : proposer des spectacles." D'où l'idée de créer la Funambule TV, une chaine YouTube. Chaque jour, une captation d’un spectacle est mise en ligne. Les vidéos restent ensuite disponibles pendant 48h avant d’être retirées pour laisser la place à de nouveaux spectacles. Au programme des productions propres - le Funambule Montmartre en produit 2 par an - comme les dernières à l'affiche avant le confinement : Main basse sur le magot, Cyrano (particularité, une pièce éclairée à la bougie et jouée par 3 femmes uniquement) sans oublier les spectacles Jeune Public comme La Fée des chaussettes. Il s'agit de ne pas oublier les parents en télétravail.
Pour compléter, il a été fait appel à la solidarité des compagnies qui ont joué lors des saisons passées, soit 30 spectacles à découvrir dans les jours à venir. Tristan Presti explique : "Toutes ont été particulièrement enthousiastes et ce n’est que grâce à elles que nous avons pu monter un planning aussi ambitieux. Cela montre une fois de plus que le théâtre est aussi une affaire d’humains. La solidarité des compagnies nous permettra de sortir grandis de cette crise. » En espérant, bien entendu, retrouver les spectateurs dans les salles à la réouverture !
En pratique : un nouveau spectacle est mis en ligne tous les deux jours à 21h pour Tout Public et le lendemain à 11h un spectacle Jeune Public. Idée originale pour retrouver un peu du plaisir d'une première : lors de la diffusion en direct, un tchat est proposé avec les artistes. N'attendez pas car chaque captation reste disponible pendant 48h en replay avant d'être retirée de la plateforme.

La promotion Théâtre et Canapé

Une initiative similaire existe aussi à l'Odéon, baptisée "Théâtre et Canapé".Ce grand théâtre public parisien ressort de ses tiroirs ses précieuses captations de spectacles créés dans ses murs. Avant d'incarner Arnolphe dans L'École des femmes, Claude Duparfait fut Alceste dans Le Misanthrope et Orgon dans Tartuffe. Ces trois mises en scène de Stéphane Braunschweig sont en libre accès sans limitation de durée indiquée.Autre projet à retrouver sur le site de l'Odéon : Décaméron 19.
Sylvain Creuzevault, artiste associé, a demandé à différents acteurs d'enregistrer depuis leur domicile les nouvelles que l'italien Boccace a réunies au XIVème siècle dans le recueil intitulé Le Décaméron.
Un recueil qui prend pour point de départ une situation d'épidémie : la peste de 1348, qui décima près de 40 % de la population européenne. Dix jeunes florentins se réfugient à la campagne et, pour passer le temps pendant ce confinement, se mettent à raconter des histoires tous les soirs.
Si vous souhaitez écouter le prologue de ce récit de confinement :

"Parce que je ne peux pas confiner mon jeu…" Chloé Olivères

Télérama Sortir Grand Paris a repéré Chloé Olivères. C'est une comédienne confinée avec un jeune enfant. Comme elle revendique « son droit à faire du télétravail », elle a donc publié le 17 mars une vidéo décalée. Se retrouvant "au chômage technique, mais comme le théâtre doit continuer et que la poésie doit s'insinuer dans tous les pores de la société" elle s’imagine en Phèdre, sortant elle-même d’un confinement. Une deuxième et trosième vidéos sont aussi disponibles à ce jour : un passage d'Hermione dans Andromaque et un autre de Bérénice de Racine, toujours en télétravail avec un drôle de caméo de son compagnon sur un vélo de course d'appartement.
Chloé Olivères, une des membres du collectif "Les Filles de Simone" elle a joué notamment dans C’est (un peu) compliqué d’être l’origine du monde et aussi C'est Noël tant pis, une pièce de Pierre Notte, au Théâtre du Rond-Point à Paris 8e.

Des poissons pilotes au creux de l'oreille - Théatre de la colline Paris XXe

Le Théâtre de la Colline lance ses "poissons pilotes" de le poésie. Une idée du dramaturge et directeur du théâtre, Wajdi Mouawad, qu'il a mis en ligne dès le début du confinement, le 17 mars. Tout commence par une interrogation : "Si, aujourd’hui, l’essentiel est que le service public des soins puisse aider tous ceux qui en ont besoin, si le plus important sont les hôpitaux, les médecins et les aides-soignants ; que peuvent et doivent faire les artistes ?"
Le Théâtre de la Colline lance ses "poissons pilotes" de le poésie / © Théâtre de la Colline
Le Théâtre de la Colline lance ses "poissons pilotes" de le poésie / © Théâtre de la Colline
Il précise : "Si la santé est aujourd’hui le grand requin blanc se battant contre la maladie, qui sont alors les petits poissons pilotes qui accompagnent les squales ? Nous sommes peut-être ces petits poissons pilotes… Comment la poésie peut-elle soigner ? Et comment peut-elle le faire lorsqu’il n’est plus possible de sortir de chez soi ?"
Le principe de cette expérience poétique
"Nous avons vite réagi, car cela faisait déjà un moment que l’on se préparait à ce scénario. La fermeture du Piccolo Teatro et de la Scala, à Milan, a été un déclic pour nous", explique Arnaud Antolinos, secrétaire général et directeur des projets à La Colline au journal La Croix.
Chaque jour, du lundi au vendredi, Wajdi Mouawad enregistre, sous forme de podcast, un journal de confinement dans lequel il livre ses états d’âme. Il convoque à la fois son enfance durant la guerre civile au Liban, s'invente une promenade dans le bois de Vincennes avec l'enterrement d'une tortue, appelle Ulysse prisonnier sur l'île de Calypso, Oedipe, Apollon ou encore l'arche de Noé à la rescousse pour nous aider à y voir clair. Il nous emmène aussi à Nogent-sur-Marne (94), sa ville de confinement qu'il passe à la loupe tandis que son regard dérive sur un érable japonais, lui aussi confiné dans un jardin…ou en rendant hommage à André Berthet, un charcutier devenu libraire qui a marqué la ville et les esprits.
« À ce geste créatif personnel, poursuit Arnaud Antolinos dans le quotidien La Croix, nous voulions restituer, à distance, l’expérience théâtrale selon laquelle un humain parle à un autre humain. Seul le téléphone le permettait ! » La direction du théâtre et les artistes volontaires ont alors imaginé un rendez-vous quotidien téléphonique appelé "Au creux de l’oreille".
Ce qui est proposé : "Nos corps contraints, profitons-en pour tisser un lien privilégié entre nous ! Depuis lundi 23 mars, les artistes amis de La Colline proposent aux spectateurs intéressés de les appeler, chacun, pour leur faire lecture de poésie, de théâtre, de littérature ou leur interpréter un extrait de musique, quelques minutes ou plus !
Si cette idée vous séduit, contactez la billetterie de La Colline en complétant ce formulaire.
Du lundi au vendredi, de 16h à 19h ou de 19h à 21h, un rendez-vous téléphonique vous sera proposé pour un "instant au creux de l’oreille". Pour l’instant, une soixantaine de contributeurs a répondu à l'appel. Tous ont joué au cours des deux dernières années à La Colline. Peut-être aurez vous la chance de reconnaitre la voix de Myriam Boyer, Alain Françon, Anouk Grinberg, Arthur H, Irène Jacob ou de Wajdi Mouawad lui-même, l'auteur de la pièce Incendies adapté au cinéma par Denis Villeneuve.

Bon à savoir pour les lycéens qui vont passer le bac

# Facebook Live avec Wajdi Mouawad, Tous des oiseaux au bac
Jeudi 2 avril de 18h à 19h, Wajdi Mouawad répondra aux questions que les lycéens se posent au sujet de Tous des Oiseaux, une pièce programmée au Baccalauréat et une pièce où les comédiens jouaient chacun dans sa langue d'origine, en anglais, allemand, hébreu et arabe.. L’initiative avait été lancée avant le confinement, contexte idoine pour la maintenir ! N’hésitez pas à poser dès maintenant vos questions avec le #tousdesoiseauxaubac.

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu théâtre

Les + Lus