Covoiturage : en Île-de-France, comment bénéficier des bonus de 100 euros ?

Ce mardi 13 décembre, le gouvernement a annoncé plusieurs mesures pour développer le covoiturage. Parmi elles, des primes de 100 euros pour les nouveaux inscrits en 2023. Elles concernent les trajets longue distance et les trajets domicile-travail.

Les ministres de la Transition écologique et des Transports, Christophe Béchu et Clément Beaune, ont présenté le plan covoiturage en détail mardi 13 décembre à Reims (Marne). Il se chiffre au total à 150 millions d'euros. Le but est de passer de 900.000 trajets mensuels aujourd'hui à trois millions dans quelques années.

Alors que 50 millions de sièges vides circulent chaque jour, tripler le nombre de covoitureurs permettrait d'éviter 4,5 millions de tonnes de CO2 par an, selon le ministère des Transports. Mesure principale : le versement de primes de 100 euros aux utilisateurs. Ces incitations concernent deux catégories d'usagers, qu'il s'agisse de trajets courts ou longs. 

Les plateformes comme Karos accueillent favorablement cette nouvelle. "Le plan a été pensé d'une manière globale et c'est une très bonne chose. Outre les bonus, il envisage aussi la création d'infrastructures comme les aires de covoiturage ou encore des voies spéciales par exemple sur le périphérique", estime Adrien Tahon, directeur France de BlaBlaCar. Même chose du côté de Karos.

"Il s'agit d'une excellente nouvelle, on attendait ça depuis de nombreuses années. Le covoiturage sur les trajets du quotidien va bénéficier à court et moyen terme de notoriété. C'est ce qui manquait ces dernières années. Cette prime va permettre aux Français de se tourner vers les plateformes et de les tester", complète Tom Attias, responsable du développement chez Karos. France 3 Paris-Île-de-France vous aide à faire le point sur cette prime, dans notre région.

Qui est concerné ?

Il y a deux situations. 

Les "trajets domicile-travail"

Il s'agit de parcours de moins de 80 kilomètres. Les personnes qui s'inscrivent pour la première fois, pour ces trajets du quotidien vont percevoir une prime de 100 euros. Elle est versée en deux temps. 25 euros sont versés dès le premier trajet. Les 75 euros restants s'obtiennent en effectuant neuf trajets dans les trois mois suivant le premier.

Les trajets longue distance

Ici, les trajets supérieurs à 80 kilomètres sont concernés. Le montant de cette prime est encore fixé à 100 euros. 25 euros sont attribués, après avoir fait le premier trajet. Viennent ensuite les 75 euros supplémentaires, à la suite du troisième covoiturage. 

Comment obtenir cette prime ?

Il faut d'abord s'inscrire sur l'une des plateformes de covoiturage. La plateforme choisie verse d'abord les 25 euros, soit la première partie de la prime. Quant aux 75 euros restants, il faut attendre le 10e trajet (dans le cas des trajets "domicile-travail") ou le 3e trajet accompli (pour les trajets longue distance).

Dans ces deux cas, les primes ne portent que sur des trajets effectués en 2023. Il est toutefois possible de s'inscrire avant le 1er janvier. Ces sommes seront versées directement par les plateformes de covoiturage, qui en fixeront les détails. La prime pourra également être versée sous forme de bons d'achat. Notez que ces deux primes sont cumulables. 

Existe-t-il beaucoup de demande pour cette prime, en Île-de-France ?

Du côté de Karos, l'annonce de la mise en place prochaine de la prime a dopé les inscriptions. "On constate un pic d'inscription, depuis 7 heures du matin. La tendance est multipliée par huit, comparé à une journée normale", explique Tom Attias. Le responsable développement de Karos est enthousiaste pour la suite. "Une personne qui covoiture une fois covoiturera ensuite en moyenne 71 fois dans l'année", estime-t-il.

Le marché francilien représente pour la société le plus gros "marché du covoiturage du quotidien".
"L'Île-de-France place six de ses départements dans le top 10 des départements qui covoiturent le plus. En France, 1/3 des covoiturages sont réalisés dans Paris et sa région", complète Tom Attias. 

Du côté de BlaBlaCar, même enthousiasme. "Le bonus va être une première étape vers un usage plus fréquent. Un conducteur qui choisit de covoiturer régulièrement sur ses trajets du quotidien peut économiser plus de 1000 euros par an", détaille Nicolas Brusson, cofondateur de BlaBlaCar. 

Après un premier plan initié par Elisabeth Borne en 2019, et des années Covid difficiles pour le covoiturage, le gouvernement veut donner un nouveau coup d'accélérateur à cette pratique, qui limite les embouteillages comme la pollution. Le covoiturage domicile-travail, en particulier, n'a vraiment décollé que dans quelques agglomérations et grandes entreprises, qui mettent déjà en place des bonus.

Les 50 millions d'euros consacrés à ces bonus sont abondés via les certificats d'économies des fournisseurs d'énergie. Le gouvernement prévoit aussi un soutien aux collectivités qui proposent des incitations financières au covoiturage (par exemple en donnant un euro par trajet), à hauteur de 50 millions d'euros. La même somme sera consacrée au cofinancement d'aires de covoiturage ou de voies dédiées, à hauteur d'un euro versé pour un euro investi par les collectivités.

Source : Agence France-Presse (AFP)