CARTE. 20 nouveaux chefs étoilés en Île-de-France pour le Guide Michelin 2019

Le prestigieux palmarès du Guide Michelin 2019 a été dévoilé le lundi 21 janvier, à Paris. / © IP3 PRESS/MAXPPP
Le prestigieux palmarès du Guide Michelin 2019 a été dévoilé le lundi 21 janvier, à Paris. / © IP3 PRESS/MAXPPP

Dans la capitale et en région parisienne, 20 restaurants ont décroché cette année leur première étoile. On fait le point sur le Guide Michelin 2019, côté francilien.
 

Par France 3 Paris IDF

On compte 20 « petits » nouveaux, en tout, sur le palmarès 2019. Pour l’édition 2019 du Guide Michelin, 18 restaurants de la capitale (en général surreprésentée dans le palmarès au niveau national) et deux chefs basés en région francilienne ont décroché cette année leur toute première étoile.

Révélée en début de semaine, lundi 21 janvier, la liste de tables sélectionnées cette année compte en effet quelques établissements en banlieue :
  • L’Ours de Jacky Ribault, ouvert il y a moins d’un an à Vincennes dans le Val-de-Marne.
  • L’or Q’idée de Naoëlle D’Hainaut, Top Chef 2013, un an et demi après son lancement à Cergy-Pontoise dans le Val-d'Oise.

18 nouveaux chefs étoilés à Paris

Parmi les restos mis à l’honneur, on retrouve donc 18 nouveaux Parisiens :
  • La Poule au Pot (1er).
  • Le Frenchie (2e).
  • Accents Table Bourse (2e).
  • Racines (2e).
  • ERH (2e).
  • Baieta (5e).
  • Sola (5e).
  • Oka (5e).
  • Yoshinori (6e).
  • Tomy & Co (7e).
  • L'Abysse du Pavillon Ledoyen (8e).
  • Louis (9e).
  • NE/SO (9e).
  • Abri (10e).
  • Automne (11e).
  • Virtus (12e).
  • La Condesa (13e).
  • Pilgrim (15e).
Certains restaurants parisiens ont par ailleurs décroché une deuxième étoile : La Scène (dans l’hôtel Prince de Galles, dans le 8e arrondissement) de Stéphanie Le Quellec, et David Toutain pour son restaurant éponyme, dans le 7e arrondissement.

Du côté des mauvaises nouvelles, Pascal Barbot de L'Astrance (16e) perd sa troisième étoile. Alain Dutournier du Carré des Feuillants (1er) et David Bizet du Taillevent (8e) doivent, eux, dire adieu à leur deuxième étoile. A Boutervilliers, en Essonne, Aymeric Dreux perd par ailleurs son étoile.
 

Sur le même sujet

Procès des agresseurs des policiers à Viry Chatillon

Les + Lus