Coronavirus : de nouvelles règles sanitaires pour les entreprises d'ici la fin du mois d'août

Masques, open space, télétravail, le ministère du Travail devrait imposer de nouvelles règles d'ici la rentrée afin d'endiguer la reprise du coronavirus. 

L'enjeu est d'éviter un reconfinement et un arrêt total de l'activité.
L'enjeu est d'éviter un reconfinement et un arrêt total de l'activité. © /MAXPPP
Alors que la rentrée se rapproche, le gouvernement pourrait généraliser le port du masque en entreprise d’ici la fin du mois. Interrogée par le Journal du dimanche, la ministre du Travail, Elisabeth Borne, a annoncé une modification des règles sanitaires au bureau afin de contenir l’épidémie de coronavirus. Alors que le virus reprend et que la rentrée aura lieu dans deux semaines, le ministère du Travail compte présenter "mardi aux partenaires sociaux les premières évolutions que nous proposons d’introduire", explique Elisabeth Borne. Les décisions seront alors prises dans les jours qui suivent, pour une application de ces nouvelles règles à partir de la fin du mois d’août. "Ce qui est important, c’est de pouvoir relancer l’économie et ne pas tomber de nouveau dans un confinement", réagissait dès vendredi dans le 19/20 de France 3 Paris Ile-de-France la vice-présidente de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), Stéphanie Pauzat. L’enjeu est clair pour les entrepreneurs : éviter un "arrêt global de l’activité".

Les entreprises veulent adapter le port du masque

Quelles seraient alors les nouvelles règles en vigueur ? Le port du masque pourrait être généralisé au sein des entreprises. "Il faut y réfléchir, mais l’adapter en fonction du secteur d’activité. Et puis se poser les bonnes questions. Est-ce que pour une personne toute seule dans un bureau, on doit imposer le port du masque ?", se demande Stéphanie Pauzat. Ce samedi, le Haut conseil de santé publique (HCSP) s’est pourtant prononcé pour rendre le masque obligatoire dans les lieux collectifs clos. Le HCSP devrait d’ailleurs être saisi par Elisabeth Borne dans les prochains jours, notamment sur la question des "open spaces" et de l’efficacité des vitres de plexiglas pour assurer la protection des salariés.

Les employeurs seront également mis à contribution. Ceux-ci devront être attentifs aux conditions des salariés, notamment lorsqu’ils "sont accueillis dans un hébergement collectif, comme c’est le cas pour les saisonniers", ou encore lorsqu'ils travaillent "dans les milieux froids et humides", précise Elisabeth Borne. Le télétravail reste quant à lui "recommandé".

"Il y a une perte d’émulation car les gens sont beaucoup moins ensemble. C’est une solution, mais il faut le faire avec une juste mesure"

Stéphanie Pauzat, vice-présidente de la CPME


"Il faut le mettre en place chaque fois que c’est possible dans les zones de circulation active du virus", estime la ministre du Travail. "C’est une des solutions envisageables, indique la représentante de la CPME. Ça a aussi ses limites. Le télétravail, c’est plutôt pour les zones urbaines. Et puis, il y a plein de métiers que vous ne pouvez pas mettre en télétravail, la propreté, la sécurité, le bâtiment". Pour Stéphanie Pauzat, "il faut en faire un bon usage de façon modérée. Il y a une perte d’émulation car les gens sont beaucoup moins ensemble. C’est une solution, mais il faut le faire avec une juste mesure".

Rebond épidémique à Paris

Ce vendredi, le département de Paris a été classé en "zone active de circulation" du coronavirus selon un décret paru au Journal officiel. "Entre le début du mois de juin et le mois d’août, le nombre de personnes positives au Covid-19 a été multiplié par quatre. Chaque jour, ce sont 500 cas supplémentaires qui sont découverts en Île-de-France. Les différents indicateurs sont également repartis à la hausse dans la région. Les taux de positivité aux tests Covid atteignent les 2,4% en Île-de-France, alors que la moyenne nationale s’établit à 1,6%. Le taux d’incidence est particulièrement élevé chez les 20-30 ans", expliquait ce lundi le docteur Djillali Annane, chef du service de réanimation de l’hôpital Raymond-Poincaré dans le 12/13 de France 3 Paris Ile-de-France.

La veille, le directeur de l’Agence régionale de la santé avait estimé que la région était au "début d’un rebond épidémique", sur franceinfo. Depuis, le port du masque à l’extérieur a été étendu à Paris, en entendant donc les nouvelles mesures gouvernementales pour les lieux clos collectifs.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société entreprises économie