L'année 2020 : début de l'essor du vélo en Île-de-France

La jeune entreprise "Je suis à Vélo" a rendu un rapport attestant que le véhicule deux-roues occupe une place de plus en plus importante dans le quotidien des Franciliens, pour le plaisir, mais aussi pour le travail.

L’année 2020 aura été celle de la crise sanitaire. Celle des masques, des tests antigéniques et PCR, de l’absence (quasi-totale) de voitures dans les rues de Paris et d’Île-de-France. Mais aussi celle de profondes transformations qui ont vu le vélo devenir un moyen de transport de premier choix à Paris, mais aussi à l’échelle de l’Île-de-France.

Se basant sur plusieurs sources, la jeune entreprise "Je suis à Vélo" – dont l'objectif est de "faciliter la vie à vélo" – a rendu ce week-end une infographie attestant que le véhicule deux-roues occupe une place de plus en plus importante dans le quotidien des Franciliens. Les amateurs(trices) de vélo pourront par ailleurs profiter de ce dimanche 19 septembre pour faire un tour avec leur bolide dans une capitale quasi vidée de ses véhicules motorisés à l’occasion de la journée "Paris respire sans voitures".

Lire aussi : Paris vidée de ses voitures ce dimanche 19 septembre

Le vélo est également prospère auprès des Franciliens souhaitant l'utiliser pour se rendre à leur travail. Les adeptes de cette pratique sont appelés "Vélotafeurs", mélange de "vélo" et "taff", mot de l'argo – souvent utilisé par la jeunesse – voulant dire "travail". "Je suis à Vélo" indique que ces "Vélotafeurs" parcourent en moyenne 12 kilomètres à chaque trajet et sont âgés entre 25 et 34 ans. Ils "vélotafent" pour plusieurs raisons : "le plaisir de rouler, faire des économies, protéger son environnement et le besoin de faire du sport".

Quels axes privilégiés à Paris ?

"Je suis à Vélo" dresse ainsi le constat suivant. En 2020, les trajets à vélo ont augmenté de 66% à Paris et de 54% en Île-de-France. Pour circuler dans la capitale, les axes les plus empruntés par les cyclistes sont le Boulevard Sébastopol, suivi par le Boulevard de Magenta. Le Boulevard Voltaire et la rue de Rivoli finissent respectivement en troisième et quatrième positions. Entre Clichy (Hauts-de-Seine) et La Défense, ce sont par ailleurs près de 4500 cyclistes qui s'équipent de leur bolide au quotidien. 

Cependant, Paris ne se situe qu'en 12ème position des villes de France avec le plus de cyclistes par habitant. La capitale affiche un score de 4,9%. Grenoble à égalité avec Strasbourg(17%) et Bordeaux (14%) se partagent le podium. 

Aide à l'achat et RER Vélo

Entre la crise sanitaire – qui a repensé les moyens de déplacement – et l'aide de l'Etat ou de la Région à l'achat pour d'un vélo (électrique ou non) pouvant atteindre plusieurs centaines d'euros, les deux-roues ont bénéficié d'un (bon) coup de pouce. De ce fait, "Je suis à Vélo" indique une explosion des ventes de vélo avec notamment des ruptures de stock de modèles jusqu'en 2022.

Cet essor ne devrait pas s'arrêter en si bon chemin. L'Île-de-France, avec à sa tête la présidente Valérie Pécresse, a annoncé durant la dernière campagne pour les élections régionales son ambition de mettre en place un RER Vélo : un gigantesque réseau de 680 kilomètres de voies cyclables à travers toute la région, avec notamment une rocade à vélo en petite couronne sur des voies sécurisées. Une première partie doit être achevée d'ici 2025, l'autre en 2030.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vélo économie transports