Pourquoi y a-t-il moins de RER et de trains de banlieue depuis lundi ?

Plus sur le thème :

Depuis le 8 juillet, l'offre de transport RER et Transilien a été allégée. Un plan adapté qui permet aux personnels de l'établissement d'étaler leurs vacances avant les JO. Explications.

"Pendant les vacances scolaires du 08/07 au 25/07, l'offre de transport est adaptée sur votre ligne". Voici ce qu'on peut lire sur le site Transilien.com au sujet par exemple de la ligne N qui relie Paris-Montparnasse à Rambouillet.

"On va rajouter 4 500 trains supplémentaires sur la période des JO. Une période où nos salariés sont plutôt en vacances. Par conséquent, les vacances des personnels ont été étalées (... ) On est contraint de faire ses adaptations au regard de la mobilisation exceptionnelle de l'entreprise pendant les Jeux Olympiques", explique Transilien.

10 % en moyenne de service en moins 

Le service d'été "a été avancé d'une semaine par rapport aux années précédentes, mais si on regarde ce service, on a 90 % de l'offre d'été de transports qui est assurée", précise-t-il.

Soit 10 % en moyenne de service en moins sur l'ensemble des lignes affectées par ce service d'été prématuré cette année.

Les usagers sont invités à vérifier les horaires de leur train ou RER "sur l’appli Ile-de-France Mobilités, le site Transilien.com, SNCF Connect ou votre appli de mobilité". 

À noter que les RER A et B, les lignes K, U et R. Les Tram train T4, T11, T12 et T13 auront un service normal, assure la SNCF.

Des trains tout l'été sur le RER C


"Concernant le RER C, c'est un peu particulier, parce que chaque année, depuis peut-être plus de 20 ans maintenant, il n'y a pas de RER C qui circule dans Paris en raison de travaux et là, on est sur une année exceptionnelle où il y a des trains qui roulent tout l'été", explique Aymeric Anselin. "On est sur un service un peu plus allégé en raison de travaux, réduit à 60 % du service par rapport à un jour normal de semaine durant l'année", ajoute la commuication de Transilien

Pour ne pas pénaliser les usagers, le service aux heures de pointe sur les lignes concernées par l'offre d'été, a été "privilégié en extrême matinée ou en extrême soirée", précise Transilien. "Il y a des trains qui sont supprimés pendant les heures creuses, mais on a fait en sorte qu'il n'y ait pas de trous de desserte trop importants durant la journée".

"Une mauvaise surprise"

"Le fait que la desserte serait plus dégradée que d'habitude avant et après les Jeux olympiques, ce n'était pas du tout ce qui était annoncé, c'est une mauvaise surprise", déplore Marc Pélissier, secrétaire général de la FNAUT, l’Association des Usagers des Transports d’Île-de-France. "La réalité, c'est que la SCNF n'a pas su anticiper suffisamment et notamment au niveau des recrutements de conducteurs", assène-t-il.

Depuis le 7 juillet, la FNAUT relève un certain mécontentement des usagers. "Dans la proche banlieue, par exemple, à la gare de Clamart sur la ligne N, aux heures de pointe, au lieu d'avoir un train tous les quarts d'heure, à un moment donné, il y a un trou d'une demi-heure. Il y a 3 trains sur 4", selon Marc Pélissier. "Sur la ligne C, certes, elle est coupée d'habitude pendant l'été dans Paris, mais en revanche, les branches de cette ligne en banlieue circulent et il y a clairement moins de trains qu'un été normal ", nuance-t-il.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Paris Ile-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité