Grève à l’Aide Sociale à l’Enfance : "Quel avenir pour ces jeunes mineurs en danger ?"

Alors que les agents de l’ASE du XXe arrondissement ont lancé une grève pour dénoncer un manque de moyens, de postes et de places en foyer d’accueil pour les jeunes concernés, un rassemblement est prévu jeudi matin à Paris.

Ils alertent sur une "protection de l’enfance en danger". Les agents de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) du XXe arrondissement de Paris sont en grève depuis le jeudi 20 octobre, à l’appel de la CGT SSCAAT (Santé-social-culture-administratif-architecture-technique), du SUPAP-FSU (Syndicat Unitaire des Personnels des Administrations Parisiennes) et de l’UCP (Union des Cadres de Paris).

Le mouvement pointe du doigt de "multiples incidents graves, avec des conditions de travail dégradées". "La grève concerne tout le service dans le XXe arrondissement, soit une petite trentaine de travailleurs sociaux, de gestionnaires et de secrétaires, raconte Emilie, représentante syndicale SUPAP-FSU. Il y a eu une agression. Une jeune mineure qui se trouvait en salle d’attente, et qui a depuis été éloignée des locaux, a blessé involontairement un agent en se débattant, et en a poussé plusieurs autres. Cette personne allait mal. Le service avait auparavant signalé un risque d’accidents pour les jeunes et les collègues. Pour faire réagir la direction, les agents ont lancé le préavis de grève."

"Ça part du XXe mais ça concerne tous les services à Paris et au-delà. Les services de l’ASE sont en grande difficulté depuis longtemps. Ils accueillent des mineurs qui doivent être réorientés vers des foyers d’urgence. On parle d’enfants et d’ados placés sur décision d’un juge, quand il est impossible de les maintenir à domicile parce que leur sécurité est en danger au sein des familles, et quand aucune autre mesure éducative n’a pu être menée à bien", explique Emilie, également représentante syndicale SUPAP-FSU.

"Les moyens mobilisés pour accueillir ces enfants sont insuffisants, avec des conditions de travail particulièrement déplorables pour les agents, et des postes vacants. Il n’y a pas assez de places dans les structures d’accueil, donc les jeunes sans solution se retrouvent en salle d’attente dans les services de l’ASE. Ce sont des personnes avec des parcours de vie déjà difficiles, et qui subissent une violence institutionnelle supplémentaire", poursuit Emilie.

"Les collègues demandent un accompagnement à la hauteur des besoins"

"Des enfants déjà en souffrance se retrouvent ballotés entre différents établissements, parce qu’il n’y a pas de place dans les lieux adaptés pour eux, souligne Ingrid. Les professionnels déplorent par ailleurs depuis des années le placement de certains ados à l’hôtel. Les collègues demandent un accompagnement à la hauteur des besoins. Ils demandent aussi qu’il n’y ait plus de postes vacants. Le métier attire de moins en moins, donc il y a de plus en plus d’intérimaires, et ce n’est pas adapté à l’accueil des jeunes."

"Le problème de budget aurait dû être pensé en amont. Face au mouvement, la direction répond que la création de places en foyer ne se fait pas du jour au lendemain, et que les embauches sont difficiles… Quel avenir pour ces jeunes mineurs en danger ? La direction a reçu les organisations syndicales, mais elle n’a apporté aucune réponse concrète face à l’urgence de la situation", déplore Emilie. "Ce sont aussi des choix politiques, c’est un secteur particulier que peu de monde connaît", ajoute Ingrid.

"Beaucoup de collègues font ce métier par choix et restent motivés", souligne Emilie. "C’est une profession d’aide à la personne. Le but est d’accompagner et d’améliorer le quotidien des gens. On parle de protection de l’enfance", rappelle Ingrid.

Dans un communiqué commun, les syndicats mobilisés appellent tous les services parisiens de l’ASE à se rassembler jeudi 27 octobre à 10h quai de la Rapée (XIIe arrondissement) devant les locaux de la Direction des Solidarités (DSOL). 

8 700 mineurs et jeunes majeurs concernés par la protection de l’enfance parisienne

De son côté, la Ville de Paris répond que la Direction des solidarités a reçu plusieurs fois les représentants syndicaux. "Le secteur de la protection de l’enfance, comme l’ensemble des politiques publiques dans le domaine social, connaissent des difficultés importantes sur tout le territoire national. Dans ce contexte et depuis plusieurs années, Paris mène une politique volontariste et s’attache à accorder les moyens nécessaires pour le bon fonctionnement de la protection de l’enfance", affirme la mairie.

"Paris met tout en œuvre pour adapter ses réponses et maintenir son engagement auprès des enfants les plus fragiles : 115 nouveaux postes ont été créés en 2019 et 2020 dans le cadre d’une réorganisation d’ampleur de l’Aide Sociale à l’Enfance parisienne. En 2021 et 2022 et dans la poursuite des efforts de cette réorganisation de 2019-2020, 11 postes supplémentaires auprès des jeunes majeurs ont été créés", poursuit la Ville, qui dit "poursuivre l’adaptation constante de son dispositif d’accueil pour qu’il corresponde aux besoins des enfants et des professionnel-le-s".

"Paris n’a cessé d’œuvrer pour la fin des prises en charge hôtelières des jeunes confiés à l’Aide Sociale à l’Enfance en ouvrant 10 établissements novateurs comportant en tout 134 places, ajoute la mairie. De même, 650 chambres d’hôtel accueillant des mineurs non accompagnés confiés à l’ASE de Paris ont été transformées en accueils collectifs ou en appartements partagés. Ces initiatives ont permis de garantir aux enfants et jeunes concernés des prises en charge adaptées à leurs besoins spécifiques. À ce jour, seul un jeune de 17 ans est pris en charge à l’hôtel avec un accompagnement d’éducateurs en intérim car les structures dans lesquelles il était placé ont toutes mis fin à sa prise en charge. Nous cherchons activement une solution adaptée à sa situation."

La Ville affirme enfin n’avoir "pas attendu le décret (non encore publié) de mise en application de la loi du 7 février 2022 sur la protection de l’enfance pour mettre fin aux prises en charge hôtelières". D’après la mairie, la protection de l’enfance parisienne concerne près de 8 700 mineurs et jeunes majeurs, "dont environ la moitié sont confiés à Paris par la Justice". "Un budget annuel de près de 400 millions d’euros est dédié à la prise en charge et à l’accompagnement de ces enfants", détaille la Ville, qui précise que "plus de 2 700 agents travaillent pour la protection de l’enfance au sein de la Direction des solidarités de la Ville de Paris".

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité