Grève dans les centres de déchets : seulement la moitié des ordures ménagères collectées à Paris

Des poubelles remplies à Paris, le 17 janvier dernier (illustration). / © IP3 PRESS/MAXPPP
Des poubelles remplies à Paris, le 17 janvier dernier (illustration). / © IP3 PRESS/MAXPPP

Face au mouvement de grève dans les usines d’incération franciliennes, la mairie de Paris annonce un ramassage des déchets perturbé ce vendredi soir « et possiblement ce weekend ». La préfecture de police de Paris a annoncé par ailleurs une « réquisition de personnels ».

Par France 3 Paris IDF

Alors que la filière du traitement des déchets en Île-de-France pourrait faire face à un risque de saturation en raison de la grève menée sur les sites d'incinération, la Ville de Paris a annoncé des perturbations ce weekend.
« Suite à un mouvement social, les usines du Syctom sont à l’arrêt, ce qui perturbe la collecte des déchets ménagers parisiens et des 84 communes adhérentes, a expliqué la mairie de Paris sur Twitter, vendredi soir. La majorité des bennes à ordures ne peuvent plus être vidées. Ce soir et possiblement ce week-end, seule la moitié des ordures ménagères des Parisiens pourront être collectées. »

Une « réquisition de personnels » annoncée par la préfecture de police de Paris

La préfecture de police de Paris et la préfecture de région ont décidé par ailleurs de procéder à « la réquisition de personnels sur les deux usines d’Ivry-sur-Seine et de Saint-Ouen afin de remettre en activité les quais de transfert jusqu’au 3 février inclus ». Objectif annoncé : « garantir la continuité du service de gestion des déchets » et « éviter des atteintes graves à la salubrité publique ».
Dans un communiqué publié ce vendredi, les autorités expliquent en effet que la « saturation progressive » sur les sites, qui d’après eux « perturbe la collecte de près de 6 000 tonnes quotidiennes de déchets générés par près de 6 millions d’habitants situés à Paris et dans sa proche couronne », pourrait mener à « un risque d’accumulation d’ordures sur la voie publique ou dans les camions bennes en attente de déchargement ».

« Les installations » à proximité « ne peuvent pas absorber la totalité du report de ces déchets »

Jeudi 23 janvier, la CGT Energie avait voté l'arrêt de trois centres de déchets : Ivry-sur-Seine, Issy-les-Moulineaux et Saint-Ouen. La préfecture de police de Paris précise que les négociations menées entre le Syndicat intercommunal de traitement des ordures ménagères (la Syctom, qui gère les sites), ses exploitants et les grévistes « ont d’ores et déjà permis de rouvrir le quai de transfert de l’usine Isséane, à Issy-les-Moulineaux ».
« Les installations de gestion de déchets situées à proximité » des centres visés ne pouvaient pas « absorber la totalité du report de ces déchets », toujours selon les autorités. Le 14 janvier dernier, le site d'Ivry-sur-Seine avait par ailleurs fait l'objet d'un blocage dans le cadre du mouvement de protestation contre la réforme des retraites, avant une évacuation menée par les forces de l’ordre, le lendemain.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus