Grève du 5 décembre : l'université Paris 1 ferme préventivement une partie de ses campus

L'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a fermé son site de Tolbiac, celui de Port-Royal et l'Institut de géographie mardi 3 décembre alors qu'une AG d'étudiants devait se tenir pour décider de la mobilisation lors de la grève du jeudi 5 décembre.

Des étudiants rassemblés devant l'Université Paris 1, place du Panthéon à Paris.
Des étudiants rassemblés devant l'Université Paris 1, place du Panthéon à Paris. © Ulysse Guttmann-Faure
Sans explication claires, l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a décidé d'évacuer et de fermer trois de ses campus aux étudiants et professeurs. Ce sont les sites Pierre-Mendès France (Tolbiac), René Cassin (Port-Royal) et l'Institut de géographie, rue Saint-Jacques (Paris Ve).

Dans un communiqué, l'université avoir pris cette décision "par mesure de précaution et de sécurité", "suite aux informations qui nous sont parvenues dans la journée".

"Les cours et les TD qui devaient s'y dérouler sont annulés. L'assiduité ne sera donc ni contrôlée, ni sanctionnée", ajoute le même document. 

Empêcher les étudiants de se rassembler ?

Selon le syndicat étudiant l'UNEF, la présidence de Paris 1 a décidé "de fermer Tolbiac et Cassin, sites sur lesquels devaient se tenir des AG pour que les étudiant.e.s s’organisent sur des questions qui les concernent (retraites, précarité,...)". Une décision "scandaleuse" qui "va contre de tout principe démocratique", ajoute l'organisation.

Le site de Tolbiac est historiquement un lieu de contestation étudiante. En décembre 2018, le site était bloqué contre la hausse des frais d'inscription pour les étudiants étrangers hors Union Européenne.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société grève économie social