Un homme victime d'une agression antisémite, le parquet de Paris ouvre une enquête

Un homme de 29 ans a été violemment agressé et traité de "sale juif", "sale race" dans un immeuble du XIXe arrondissement alors qu'il rendait visite à ses parents, jeudi 6 août. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour vol aggravé et à caractère antisémite.

Un homme âgé de 29 ans a été violemment agressé et insulté dans le XIXe arrondissement. Il portait une kippa.
Un homme âgé de 29 ans a été violemment agressé et insulté dans le XIXe arrondissement. Il portait une kippa. © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPP
La victime raconte un déchaînement de violence gratuite. L'homme, âgé de 29 ans, prénommé David, affirme avoir été violemment frappé et insulté par deux hommes, jeudi 6 août, dans un immeuble, situé rue Archereau dans le XIXe arrondissement de Paris.

Le caractère antisémite de l'agression paraît être sans ambiguïté d'après la justice. Suivi par deux hommes à l'intérieur de l'immeuble, il a été roué de coups par ses agresseurs et insulté. La victime dénonce aussi des propos antisémites "sale juif, sale fils de pute, t’es un homme mort, sale race", selon son récit rapporté par le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA) qui a dévoilé l'affaire. Ils lui ont aussi volé une montre de luxe.

Le père de famille venait récupérer sa fille chez ses parents. Il affirme avoir été agressé en sortant de l'ascenseur, juste devant la porte d'entrée de l'appartement. "Il dit s'être fait étrangler à plusieurs reprises puis a été poussé dans les escaliers et a perdu connaissance", selon une source policière citée par l'AFP. C'est le père du jeune homme qui l'a ensuite découvert dans la cage d'escalier, s'inquiétant de ne pas le voir arriver.
 

Une enquête ouverte

Une enquête a été ouverte pour vol avec violences en réunion et en raison de la religion de la victime, a précisé le parquet de Paris. "Indépendamment d'un arrêt qui a été émis par les Urgences Médicales Judiciaires (UMJ) de Créteil, il a eu un arrêt d'un mois par son médecin traitant", explique René Lévy, secrétaire général du BNVCA.

Ce dernier indique que la police s'est rendue dans l'après-midi enquêtant dans l'immeuble. Les hommes auraient été filmés par des caméras de surveillance. "Je pensais pas que je ne connaîtrais pas cela en France. Jusqu'à présent, l'antisémitisme, ce sont des petites phrases, des insinuations, mais pas d'attaque frontale", déplore René Lévy.

L'association et la Licra entendent se porter partie civile.  

Vif émoi dans la classe politique

La maire de Paris (PS) a exprimé son "soutien à David et à sa famille, victime d’une violente et odieuse agression antisémite".

Son adjoint à la prévention, la sécurité et la police municipale, Nicolas Nordman, a demandé à la préfecture de police de Paris de "de tout faire pour que les agresseurs soient poursuivis, arrêtés et traduits en justice". La député (LREM), Laetitia Avia, lui a aussi apporté son soutien : "L’horreur antisémite : 'Les images me hantent. Ça tapait, ça tapait. J'étais comme un punching-ball. Je me dis, c'est ça, en 2020, on peut s'en prendre plein la gueule, gratuitement, juste parce que tu es juif.' Tout mon soutien à David, courage.."

Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France (Libre!), a elle souhaité que les agresseurs "soient rapidement retrouvés et sévèrement punis". L'enquête a été confiée à la sûreté territoriale.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
antisémitisme société violence faits divers police sécurité