Incendie d'un car sur le périphérique : deux automobilistes ont sauvé des vies selon une passagère

Le bus ravagé par les flammes sur le périphérique parisien. / © Maryse Charbes
Le bus ravagé par les flammes sur le périphérique parisien. / © Maryse Charbes

Une des passagères du car qui a brûlé sur le périphérique parisien dénonce la gestion de l'incident par Flixbus. Selon son témoignage, si aucun blessé n'est à déplorer, c'est grâce à l'action de deux automobilistes venus sortir des passagers invalides.

Par MT

Dans cet incendie, Maryse Chardes a beaucoup perdu. Une grande partie de ses effets professionnels sont partis en fumée lorsque le car Flixbus qu'elle a pris jeudi 14 novembre a brûlé sur le périphérique parisien.

"Je suis très en colère contre Flixbus. Ils ont laissé 41 personnes le long du périphérique jusqu'à 17 heures. Et quand un autre bus nous a ramené à Bercy, on nous a traité comme des chiens", raconte-t-elle.

Contactée, la compagnie se défend d'avoir laissé ces voyageurs seuls. "Nous avons affrété un car rapidement pour venir les chercher. Mais comme le périphérique était coupé, le car a été bloqué comme tous les autres véhicules", explique un responsable de Flixbus.
 

Le chauffeur "laissé tout seul" pour gérer l'incident

Selon son récit, le bus est parti à 14h06 de Paris et les premiers signes d'incendie se sont déclarés un peu avant 14h25, heure à laquelle elle a appelé les pompiers. Ce sont deux automobilistes qui klaxonné et fait des appels de phare pour prévenir le chauffeur.

"Le bus s'est arrêté sur le bas-côté d'un coup et on nous a demandé de sortir. Les jeunes, les gens valides n'ont eu aucun problème. Mais ce sont les deux messieurs de la voiture derrière qui, au risque de leur vie, ont fait sortir les passagers invalides", poursuit-elle.

Elle affirme par ailleurs que le chauffeur du bus a été laissé bien seul pour gérer le problème : "Quand il a appelé la compagnie, ils auraient pu l'aider pour la prise en charge. Mais ils l'ont laissé tout seul."

Mais selon ce même responsable, le chauffeur était en relation avec le centre de contrôle opérationnel qui suit tous les bus de la compagnie qui circulent en Europe et qui coordonne aussi la prise en charge des passagers et les relations avec les secours.
 

Les passagers indemnisés ?

Par ailleurs, Maryse Chardes explique que les pompiers ont mis du temps pour arriver, c’est-à-dire au moins 30 minutes. "Ils sont d'abord arrivés avec un premier camion, ils ont aspergé de la mousse mais cela n'a pas suffi. Ils ont dû appeler un second véhicule pour venir à bout du feu".

Finalement, un autre bus vert est venu les chercher à 17 heures pour les ramener à la gare de Bercy. Et la passagère garde un souvenir amer de son arrivée. "Lorsque l'on est arrivé, ils nous ont encore traité comme des chiens. À aucun moment, on nous a parlé d'indemnisation. Et pour nos bagages, on nous a dit qu'il fallait absolument des factures."

La compagnie allemande affirme comprendre l'émotion suscitée par la perte d'effets personnels et indique prendre en charge les bagages brûlés dans l'incendie. "Les passagers doivent estimer leurs biens, notamment avec des factures". D'autre part, l'entreprise a affrété un car pour effectuer le trajet (Paris – Lyon – Grenoble) et dit rembourser ceux qui ont choisi un autre moyen de transport comme un train.
 

Sur le même sujet

Les + Lus