INSOLITE. La Bougie du Sapeur en kiosque ce 29 février, comme tous les 4 ans

Né d'une blague entre amis, le journal paraît uniquement les années bissextiles, c’est-à-dire une fois tous les 4 ans. La Bougie du Sapeur, un journal potache, qui aime parodier l'actualité, mêlant le vrai et le faux.

C’est un gag devenu très sérieux : depuis plus de quatre décennies, La Bougie du Sapeur paraît tous les 4 ans, le 29 février exactement. Car la spécificité de ce journal est d'exister lors des années bissextiles.

"Il ressemble à un quotidien avec les rubriques traditionnelles : vie politique, vie économique, loisirs. Il y a même un feuilleton ! Je recommande d'être un peu patient pour avoir la suite (4 ans, ndlr), mais il ne faut pas le louper celui-là parce que c'est le premier épisode. Bon, il n'y a pas les programmes TV ou les pronostics du tiercé mais c'est vraiment un vrai quotidien", ne plaisante qu'à moitié Jean d'Indy qui se présente comme "homme à tout faire de La Bougie du Sapeur", et dont il est surtout le directeur.

Le canard est né en 1980, d'une blague entre amis qui cherchaient à tuer le temps. "C'était une bande de copains, un peu comme nous aujourd'hui, qui aimaient les journaux papier. Ils se sont dit qu'ils pourraient faire un vrai-faux journal plein d'humour et de fake news comme on ne disait pas à l'époque. Ils ont été jusqu'au bout du canular, c'est-à-dire qu'ils l'ont mis en kiosque et ça s'est vendu !", s'étonne encore Jean d'Indy.

Mélange de vrai et de faux

Comme la demande était là, il a fallu rééditer le journal, mais pas trop tôt non plus. Il a alors été décidé de choisir une fréquence de 4 ans, d'où le nom du journal.

"Il y a un personnage de bande dessinée du début du siècle précédent qui s'appelle le 'sapeur camembert'. C'était une BD écrite par un type très rigolo, puisque son pseudo c'était Christophe et son vrai nom, c'était Colombs. Le 'sapeur camembert' dans cet ouvrage, est né le 29 février, donc il souffle sa bougie le 29 février. La voilà l'origine", poursuit le dirigeant.

Dans les 20 pages de La Bougie du Sapeur, le vrai et le faux sont mêlés. "On va tous devenir intelligents", promet le journal en première page, ironisant sur l'essor de l'intelligence artificielle. Changement de sexe, inflation ou Jeux olympiques : l'actualité des 4 dernières années, mais surtout actuelle, est balayée.

Tirage important

Et ça marche. Le dernier exemplaire, en date d'il y a 4 ans, s'est vendu à 120 000 exemplaires. "On a failli tout arrêter. 10 jours après la sortie, on était en plein confinement avec la fermeture des magasins Relay et l'heure n'était clairement pas à la plaisanterie. Pourtant, on a quand même tout vendu", se remémore-t-il.

Cette année, La Bougie du Sapeur est tirée à 200 000 exemplaires et distribuée en France, en Belgique, au Luxembourg et en Suisse. Fans et collectionneurs guettent avec impatience la venue de ce nouveau numéro.

Et si une partie des fonds récoltés sert à financer le prochain numéro, l'essentiel va à l'association A tire d'aile, qui accompagne les personnes autistes et épileptiques et gère une maison d'accueil à La Châtre dans l'Indre.