Ligue 1 : invaincu depuis 2011 par l’OM, le PSG veut conserver sa suprématie

Angel Di Maria face à Steve Mandanda, lors du choc PSG-OM de mars 2019 en Ligue 1. / © THOMAS SAMSON / AFP
Angel Di Maria face à Steve Mandanda, lors du choc PSG-OM de mars 2019 en Ligue 1. / © THOMAS SAMSON / AFP

Le choc est-il déjà joué d’avance ? Le PSG, qui affronte ce dimanche soir l’OM, n’a plus perdu depuis 2011 face à son rival. Réponse dès 21h sur la pelouse du Parc des Princes.

Par France 3 PIDF / AFP

Après la victoire 5-0 des Parisiens mardi à Bruges en Ligue des Champions, et le triplé magique de Kylian Mbappé, l’issue du Classique français est-elle presque déjà écrite ? Le PSG, qui affronte l’OM ce soir au Parc des Princes, n’a en tout cas plus perdu contre son rival olympien depuis 2011.
La semaine dernière, l'entraîneur marseillais André Villas Boas a même confié que ce choc « ne compte pas trop » à ses yeux, étant donné le gouffre financier qui sépare les équipes depuis le début de l'ère qatarie. « Quand tu joues un clasico, d'habitude, Porto-Benfica ou Barça-Real, parfois l'un gagne, parfois l'autre, a précisé le technicien vendredi en conférence de presse. Mais en Ligue 1 ce clasico-là, c'est de l'histoire. En dix ans, il y a eu un milliard d'euros d'investissement de différence. Maintenant la différence entre les équipes est abyssale. »

Et de poursuivre : « Mais on ne va pas à Paris pour participer à la fête du PSG. Tu y vas avec tes armes, tu défends, tu mouilles le maillot. Il y a des équipes avec moins de budget que nous qui viennent au Vélodrome, qui rêvent, et parfois gagnent. On va rêver aussi, et on va essayer de gagner. Je veux surtout dire qu'on n'a rien à perdre. »

« C'est un match avec une grande histoire en France »

Difficile de contredire l'entraîneur marseillais lorsque l’on observe la série noire de l’OM sur les dix dernières années. Marseille a en effet connu 13 défaites en 20 matches de L1, pour seulement 3 nuls et 4 victoires, toutes remportées avant 2012.
Du côté parisien, Thomas Tuchel n'entend pas sous-estimer la portée symbolique de ce match. « C'est un match avec une grande histoire en France, a déclaré samedi l'entraîneur. C'est absolument nécessaire qu'on la respecte, notamment pour nos supporters car c'est important pour eux. »

L’infirmerie toujours pleine du côté parisien

Si Reims a réussi à créer l'exploit en s'imposant 2-0 au Parc fin septembre, le PSG et ses supporters peuvent se montrer optimistes. Surtout avec le retour au premier plan de Kylian Mbappé, et la forme éclatante du duo argentin Mauro Icardi - Angel Di Maria.
Seule inquiétude du côté parisien : l’infirmerie. Déjà privé de Neymar, Thilo Kehrer et Idrissa Gueye, tous blessés, le PSG a perdu cette semaine Thomas Meunier à Bruges. Julian Draxler, absent de longue durée, a ceci dit fait son retour à l’entraînement et est enfin « disponible ».

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus