JO de Paris 2024 : des rues aux noms exclusivement féminins pour le village des médias

Gisèle Halimi, avocate et militante féministe ou la chanteuse Joséphine Baker font notamment partie des noms de rues données du futur village des médias des JO de Paris 2024.

La ville de Dugny, en Seine-Saint-Denis, a annoncé ce mardi 12 mars avoir baptisé de noms de femmes l'intégralité des rues du village des médias des JO-2024, qui accueillera des journalistes pendant la compétition avant d'être reconverti en quartier d'habitation.

Des "noms de personnalités féminines locales ou nationales"

Lors d'une cérémonie qui s'est tenue le 8 mars, date de la Journée internationale des droits des femmes, les huit rues du nouveau quartier ont reçu des "noms de personnalités féminines locales ou nationales", a indiqué le maire (divers droite) Quentin Gesell dans un communiqué.

L'occasion d'honorer le rôle crucial des femmes dans notre société mais aussi d'augmenter la présence de noms féminins dans l'espace public.

La municipalité de Dugny

Parmi les personnalités choisies figurent des noms connus comme l'avocate Gisèle Halimi ou l'artiste et résistante Joséphine Baker. Mais s'y trouvent aussi des femmes à la notoriété plus locale ou confidentielle, comme Eve Chastagnol, une centenaire de la ville décédée en 2020, ou Caroline Aigle, première Française à être devenue pilote de chasse en 1999.

Leurs noms ont été choisis à l'occasion d'une consultation sur internet l'année dernière. De nombreuses municipalités à travers la France tentent de nommer davantage de rues d'après des femmes, très minoritaires par rapport au nombre de rues portant des noms d'hommes, pour accroître leur visibilité dans l'espace public.

1 580 journalistes accueillis

Construit pour les JO-2024, le village des médias accueillera cet été 1 580 journalistes sur les 26 000 accrédités, principalement des techniciens travaillant en face sur un des centres de presse, celui du Bourget. Ce village des médias sera formellement inauguré fin mars.