JO de Paris 2024 : un chantier empêche des sportifs amateurs de s'entraîner

Plus sur le thème :
durée de la vidéo : 00h02mn44s
JO de Paris 2024 : un chantier empêche des sportifs amateurs de s'entraîner - reportage d'Elise Ferret et Marion David ©France 3 PIDF

À cause de certains chantiers des jeux de Paris 2024, de nombreux cyclistes amateurs ne peuvent plus correctement pratiquer leur sport.

Quelque part en Seine-Saint-Denis, un peloton roule sur une mauvaise piste. L'air des vents de Dugny n'est pas idéal pour rouler. Pourtant, ce club de Villetaneuse (Seine-Saint-Denis) n'a pas le choix et ses licenciés, âgés de 6 à 13 ans s'en plaignent : "À cause du chantier à côté, on peut retrouver des clous qui peuvent nous faire crever [...] et le circuit est trop petit. On tourne, on tourne, on tourne et ça devient lassant", souffle Mohamed Benahmed, un jeune cycliste amateur.

Le "chantier à côté", c'est le fameux village des médias pour les Jeux olympiques. Les immeubles en construction grignotent la moitié du circuit des cyclistes amateurs. Il ne reste plus qu'un petit kilomètre de disponible pour les entraînements.

"Au niveau des nouveaux bâtiments qui sont en construction, on avait des zig-zags à passer, cela pouvait être plus ludique pour les enfants, on pouvait leur apprendre plus de choses", explique Florian Blanc, éducateur au club cycliste de Villetaneuse.

En Seine-Saint-Denis, les autres parcs sont trop fréquentés, possèdent une vitesse limitée et des pistes trop courtes. Le club doit sortir du département et rouler dans les rues pour rejoindre un autre site pose des problèmes de sécurité.

Un vélodrome trop dangereux

Au vélodrome de Saint-Denis, les responsables du club dégagent eux-mêmes la piste. Entre la pluie et les feuilles mortes, les cyclistes doivent faire attention à ne pas pédaler trop vite. Pas d'entraînements professionnels ou compétition ne sont possibles dans ces conditions.

"Il aurait été bien que le vélodrome soit couvert pour que l'on puisse pratiquer le vélo toute l'année. Avec la venue des JO, les équipes professionnelles vont aller s'entraîner dans toute la France pour ensuite venir courir en Île-de-France", regrette Thierry Marinier, éducateur et entraîneur du club cycliste de Saint-Denis. 

Le cyclisme souffre du manque d'infrastructures, de bénévoles et d'argent. "Je considère que ce sera peut-être la mort du cyclisme en Île-de-France puisqu'il y a nombre de clubs qui arrêtent la compétition parce qu'il n'y a plus de possibilités d'organisation, il y a moins d'activités au niveau des coureurs", explique Daniel Lamy, président de l'APSC 93 (Association Pour le développement du Sport Cycliste dans le 93). 

Sur les 35 clubs de Seine-Saint-Denis, une petite quinzaine subsiste. Un faux départ francilien pour les JO de 2024. 

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité