Justice : liquidation, reprise ou redressement, comment sauver le groupe NAF-NAF ?

durée de la vidéo : 00h02mn03s
Justice : liquidation, reprise ou redressement, comment sauver le groupe NAF-NAF ? Reportage de Frédérique Hovasse, Gaëlle Darengosse et Mekhak Movsissian ©France 3 PIDF

Il y a deux mois, les salariés du groupe de prêt-à-porte NAF-NAF apprenaient le placement en redressement judiciaire de la marque. 17 magasins devraient fermer, le tribunal de commerce de Bobigny s'est penché ce matin sur la façon dont l'entreprise cherche à remonter la pente mais les salariés n'y croient plus.

Ce matin, les salariés de NAF-NAF jouaient leur avenir professionnel lors d'une audience de contrôle du tribunal de commerce de Bobigny. Après deux mois d'exercice sous redressement judiciaire, propriétaires de NAF-NAF, personnel et administrateurs vont être entendus.

"Moralement c'est lourd parce qu'il y a trop de problèmes de versement des salaires. Garder une équipe, pour la motivation du magasin, ça devient compliqué. J'espère qu'ils vont annoncer une liquidation aujourd'hui" admet Marine Vienart, elle-même salariée de la marque de prêt-à-porter.

Les salariés n'y croient plus : manque de qualité des produits, concurrence des produits et pour eux, mauvaise gestion. "Les salariés ce qu'ils veulent aujourd'hui c'est ne plus avoir ce président à la tête de l'entreprise. [...] Ce qu'on souhaite, ce ne serait pas une liquidation pure et dure de l'enseigne mais plutôt une reprise par un autre actionnaire", assure Sarah Pichout, déléguée syndicale NAF-NAF.

Liquidation, offre ou redressement ? 

Ce matin les administrateurs judiciaires ont plaidé la poursuite du redressement de l'entreprise de textile créée dans les années 70. "Un plan de cession n'est pas la solution puisqu'on a bien vu, dans d'autres dossiers, que les offres qui ont été faites ne sont jamais des offres globales [...]. Aujourd'hui, je ne vois pas quel acteur du secteur pourrait faire une offre de plan de cession qui serait meilleure que notre offre de plan de redressement", martèle maître Jean-Jacques Hyest, l'avocat de l'entreprise NAF-NAF.

Les salariés seront fixés d'ici huit jours. Le plan de sauvegarde de l'entreprise, validé par l'inspection du travail, prévoit la fermeture de 17 magasins et le licenciement de 107 salariés.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité