La condamnation d'Alain Soral pour diffamation contre Delanoë confirmée

La cour d'appel de Paris a confirmé jeudi la condamnation à 2.500 euros d'amende de l'essayiste d'extrême droite Alain Soral pour avoir diffamé l'ancien maire PS de Paris Bertrand Delanoë en portant à son encontre des accusations d'enrichissement illégal et de pédophilie.

Alain Soral a été condamné en appel à verser 2.000 euros de dommages et intérêts et 5.000 euros pour les frais de justice, ainsi qu'à une publication judiciaire
Alain Soral a été condamné en appel à verser 2.000 euros de dommages et intérêts et 5.000 euros pour les frais de justice, ainsi qu'à une publication judiciaire © Boris Horvat AFP
La cour d'appel de Paris a confirmé jeudi la condamnation à 2.500 euros d'amende de l'essayiste d'extrême droite Alain Soral pour avoir diffamé l'ancien maire PS de Paris Bertrand Delanoë en portant à son encontre des accusations d'enrichissement illégal et de pédophilie.

Alain Soral avait tenu ces propos dans une vidéo sur son site Egalité et réconciliation. Un premier extrait évoquait l'affaire Cahuzac, avant de montrer différentes personnalités politiques membres du PS avec un bandeau mentionnant des mises en examen, des condamnations ou des mises en cause dont ils ont fait l'objet.

"Je vous dis pas la fortune cachée que doit avoir un type comme le maire de Paris pour toutes les rétrocommissions qu'il doit toucher depuis des années sur les travaux qui sont faits sans appel d'offres et qui font que Paris est un chantier permanent, en général d'ailleurs absurde", déclarait Alain Soral, ancien membre du FN et proche de l'humoriste controversé Dieudonné.

Il poursuivait en affirmant "qu'une fois retiré des affaires" M. Delanoë allait "pouvoir jouir de son immense fortune", avant de porter par insinuation des accusations de pédophilie et de recours à la prostitution de mineurs dans les pays du Maghreb.

Alain Soral a été condamné en appel à verser 2.000 euros de dommages et intérêts et 5.000 euros pour les frais de justice, ainsi qu'à une publication judiciaire.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice politique bertrand delanoë