Le projet de rachat de La Clef, dernier cinéma associatif parisien, attaque sa dernière ligne droite

Le collectif "La Clef Revival", expulsé du dernier cinéma associatif parisien il y a un an et demi, espère racheter et rouvrir les lieux début 2024. La campagne de financement participatif se termine dans trois semaines.

"IL MANQUE MOINS DE 100 000 EUROOOOOOS", s’est réjoui "La Clef Revival", mardi sur X (ex-Twitter). Le collectif, qui a signé en avril un compromis de vente en vue de racheter ce cinéma du quartier latin, a annoncé une somme de plus de 300 000 euros réunie jusqu'ici pour sa campagne de financement participatif, avec plus de 4100 contributeurs. Le tout pour un objectif final de 400 000 euros, le compte à rebours se terminant dans 22 jours.

"C’est incroyable, c’est ce qu’on escomptait, réagit Claire-Emmanuelle Blot, membre du collectif. Notre premier mécène, c’est le public. Les gens font l’effort de participer à notre cagnotte et de faire des dons pour nous soutenir. C’est assez remarquable, ça nous donne beaucoup de poids pour dialoguer avec tous nos interlocuteurs institutionnels ou bancaires. Il y a un véritable engouement, et c’est vraiment un moteur."
L’accord signé il y a six mois prévoit un montant de 2,9 millions d’euros pour l’espace de 800 m2, qui accueille deux salles de projection - l’une de 120 places et l’autre de 60 places. "On a levé 1 million d’euros grâce au mécénat. Pour le reste, il y a un prêt bancaire : on escomptait 1,7 million d’euro, mais la conjoncture économique a changé et on doit rediscuter le montant, il y a un manque à gagner. Il faut qu’on continue à chercher des mécènes et des pistes pour réunir la totalité des fonds", explique Claire-Emmanuelle Blot.

Une "exposition-vente" avec des œuvres de David Lynch et Philippe Katerine

Créé en 1973, le cinéma d'art et d'essai avait fermé en 2018 avec le départ de son exploitant, trois ans après la mise en vente des lieux par le propriétaire : le CSE de la Caisse d’épargne d’Île-de-France. Le ciné avait ensuite été squatté et autogéré pendant deux ans par un ensemble de citoyens et de cinéphiles, finalement expulsés en mars 2022.
Et alors que le Groupe SOS avait signé en novembre 2020 un compromis de rachat pour plus de 4 millions d’euros, ce géant de l’économie sociale a finalement depuis renoncé au projet. L’opération immobilière avait été combattue par les squatteurs, opposés aux "logiques entrepreneuriales" du groupe.
Leos Carax, Olivier Assayas, Agnès Jaoui, Adèle Haenel… Depuis l’expulsion, le collectif "La Clef Revival" souligne que de nombreuses personnalités du cinéma ont fait un don au fonds de dotation créé en vue du rachat. Le réalisateur américain Martin Scorsese a également apporté son soutien au projet.
Autre piste lancée en parallèle, pour le dernier weekend de levée de fonds : une "exposition-vente" prévue les samedi 28 et dimanche 29 octobre au Palais de Tokyo. "Ça représente cinq mois de travail. Plus de 80 artistes internationaux ont fait don d’une œuvre pour soutenir le fonds de dotation. C’est un évènement ouvert et gratuit qui vient clôre six mois de course", indique Claire-Emmanuelle Blot.

Parmi les artistes impliqués dans la vente, on peut citer David Lynch, Alain Guiraudie ou encore Philippe Katerine. "Il y a notamment un portrait qui a servi au film 'Portrait de la jeune fille en feu' de Céline Sciamma", note par ailleurs Claire-Emmanuelle Blot.

Entre "optimisme" et "sentiment d’urgence"
Le collectif vise une réouverture début 2024. "L’idée est de conserver notre liberté et tous les principes mis en place pendant l’occupation des lieux", annonce Claire-Emmanuelle Blot. "Une fois propriétaire de La Clef, le fonds de dotation en confiera la gestion à l’association La Clef Revival", détaille le collectif dans un communiqué.
"Dans ce modèle dit de 'propriété d’usage', ce ne sont ni les propriétaires des murs, ni les mécènes - quel que soit le montant de leur don -, mais bien les personnes qui font vivre le cinéma qui organisent librement son activité. Ce montage garantit (...) aussi la continuité de l’exploitation du cinéma : si La Clef Revival cesse un jour son activité, (le fonds de dotation) assurera la transmission des locaux à un autre projet collectif défendant les films peu diffusés et pratiquant des tarifs solidaires", ajoute le communiqué.
Le projet de reprise prévoit "chaque jour au moins une séance" pour les deux salles historiques du cinéma, mais aussi des cartes blanches, des festivals, des concerts ou encore des conférences, "toujours à prix libre". L’espace polyvalent de La Clef sera quant à lui "conservé afin de prolonger les échanges au bar, à l’issue des projections, ou d’accueillir des ateliers d’éducation aux images", et "les parties du bâtiment non utilisées jusqu’ici seront aménagées en espaces de création (salles de montage image et son, bureaux pour l’accueil d’ateliers d’écriture)". "La moitié de l’année, ces espaces pourront être loués à des tarifs solidaires à des professionnels émergents", précise le collectif.
D’ici là, reste encore à boucler le rachat. "La cagnotte ne fait qu’augmenter donc il y a une certaine confiance, ça donne beaucoup d’optimisme… Mais il y aussi un sentiment d’urgence, il ne reste que trois semaines", souligne Claire-Emmanuelle Blot.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Paris Ile-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité