Lutte contre le gaspillage alimentaire: les Hôpitaux de Paris veulent donner leurs plats non consommés aux associations

© Kenzo Tribouillard/AFP Photos
© Kenzo Tribouillard/AFP Photos

Donner plutôt que jeter, l'APHP veut réduire le gaspillage alimentaire et teste la distribution de plats non consommés par les patients et les personnels à des associations caritatives. Une initiative qui s'inscrit dans la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Par EB /France 3 Île-de-France

Donner plutôt que jeter : l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris veut réduire le gaspillage alimentaire. Ce mardi, à la veille de la 6e journée nationale de lutte contre le gaspillage, le directeur général de l'AP-HP Martin Hirsch a expliqué vouloir montrer que les hôpitaux pouvaient encore aller plus loin dans la lutte contre le gaspillage. Deux établissements la Pitié Salpêtrière  dans le XIIIe arrondissement, et l'hôpital Cochin dans le XIVe participent à l'expérimentation. Cette initiative concerne la distribution de plats non consommés par les patients et les personnels à des associations caritatives.
 

La lutte contre le gaspillage alimentaire est un enjeu important pour l’AP-HP.  L'ensemble des 39 hôpitaux accueille chaque année 8.3 millions de personnes malades. Cet organisme est le plus gros employeur d’Ile-de-France, 100 000 personnes – médecins, chercheurs, paramédicaux, personnels administratifs et ouvriers – y travaillent.

Depuis septembre déjà, les surplus issus des cuisines des deux hôpitaux étaient mis à disposition des Restos du coeur et de l'association Entraide et partage avec les sans logis. Aujourd'hui, il faut aller plus loin, le but est d' offrir "la même qualité" et "la même sécurité alimentaire" aux bénéficiaires des associations, souligne Martin Hirsch, rappelant que l'expérimentation permettra de voir "si certaines denrées peuvent avoir une durée de vie plus longue". Avec à terme l'ambition d'étendre, "si on peut", la démarche à l'ensemble des hôpitaux de l'AP-HP et de leurs 23 millions de repas par an.     


 

Sur le même sujet

Des taxis ambulanciers du Val d'Oise se disent victimes de contrôles abusifs de la Sécurité Sociale

Les + Lus