Mis en cause pour une rixe mortelle à Paris, le rappeur MHD maintenu en détention

Le rappeur MHD sur scène à Laval, en mai 2017. / © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP
Le rappeur MHD sur scène à Laval, en mai 2017. / © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

MHD, figure de l'afro-trap, s'est vu refuser un placement sous bracelet électronique. Le rappeur, mis en cause dans une enquête sur une agression mortelle mi-2018 lors d'une rixe entre bandes à Paris, est en détention provisoire depuis le 17 janvier 2019.
 

Par France 3 PIDF / AFP

En détention provisoire depuis plus d’un an, MHD (Mohamed Sylla, de son vrai nom) mis en cause dans une enquête sur une rixe mortelle à Paris, s'est vu refuser un placement sous bracelet électronique, de source judiciaire. Figure de l'afro-trap, mélange de rap et de musiques africaines, connu entre autres pour un tube à la gloire du PSG, l’artiste est en détention provisoire depuis le 17 janvier 2019, suite à sa mise en examen pour "homicide volontaire". Il conteste toute participation aux faits.

Jeudi, la chambre d'instruction de la Cour d'appel de Paris a décidé selon cette source judiciaire le maintien en détention du rappeur. Ses avocats contestaient un refus en première instance d'une mesure moins contraignante, l'assignation à résidence sous bracelet électronique. "Cette décision est incompréhensible au regard de l'évolution des investigations et du projet de sortie présenté par MHD. Il reste déterminé à se battre pour prouver son innocence", a commenté son avocat, Me Archibald Celeyron.
Dans la nuit du 5 au 6 juillet 2018, Loïc K., 23 ans, a été renversé par une voiture, passé à tabac puis blessé à l'arme blanche dans le 10e arrondissement de la capitale, lors d'un règlement de compte entre bandes rivales du 10e et du 19e arrondissements. Une dizaine de personnes se sont acharnées sur lui, une scène filmée par un témoin depuis une fenêtre. L'homme est très rapidement mort de ses blessures.

La voiture du rappeur identifiée

La voiture du rappeur originaire du 19e arrondissement, une Mercedes noire reconnaissable, est celle qui a permis de renverser le jeune homme, même si plusieurs acteurs du dossier assurent que le rappeur la prêtait très régulièrement.

Au moins trois témoins ont identifié formellement MHD, selon des éléments de l'enquête dont l'AFP a eu connaissance. A ce jour, une dizaine d'hommes sont mis en examen, mais deux personnes importantes du dossier se distinguent par leur absence : un homme dont les empreintes génétiques sont présentes sur un couteau taché de sang et récupéré sur les lieux du meurtre est introuvable.
De l'autre, le principal témoin ayant reconnu dès le départ MHD parmi les agresseurs a fait défaut à chacune des confrontations demandées par le rappeur. La juge d'instruction en charge de l'information judiciaire essaie de reconstituer le déroulé précis de la soirée, et notamment de comprendre si ce meurtre a fait office de représailles à une intrusion violente au domicile de l'un de mis en cause, plus tôt dans la soirée.
 

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Les + Lus