Mise en cause après l’explosion de la rue de Trévise, la mairie de Paris lance un audit

Visée par un rapport d'expertise provisoire évoquant des « manquements », près d'un an après l'explosion accidentelle rue de Trévise, la Ville a annoncé lundi avoir commandé un audit. Anne Hidalgo dit vouloir tirer « toutes les conséquences nécessaires ».

Le samedi 12 janvier au matin, une très forte explosion avait soufflé rue de Trévise à Paris, tuant quatre personnes, dont deux pompiers.
Le samedi 12 janvier au matin, une très forte explosion avait soufflé rue de Trévise à Paris, tuant quatre personnes, dont deux pompiers. © THOMAS SAMSON / AFP
Des « manquements » de la Ville de Paris ont-ils mené à la dramatique explosion de la rue de Trévise, à l’origine de la mort de quatre personnes - dont deux pompiers - le 12 janvier dernier ? Près d'un an après le sinistre, la mairie a en tout cas annoncé lundi la commande d’un audit dans le 9e arrondissement sur « les procédures d'intervention et de contrôle sur l'espace public », après avoir été mise en cause par un rapport d'expertise provisoire. Le collège de quatre experts mandatés par les magistrats du pôle accidents collectifs du tribunal de Paris a en effet établi que l'explosion avait été provoquée par « une accumulation de gaz naturel du réseau GRDF, consécutive à la rupture d'une canalisation de gaz, ayant pour cause principale un affaissement du sol sous le trottoir devant le porche de l'immeuble situé 6 rue de Trévise ». « Si la cause de l'affaissement du trottoir avait été recherchée et si sa réfection avait été correctement réalisée, cette explosion aurait pu être évitée », selon le rapport, qui explique que les services de la voirie de la Ville et une entreprise de travaux publics – dont le nom n'est pas cité par le procureur – « ont considéré que l'affaissement du trottoir devant la porte cochère de l'immeuble était un petit affaissement et l'ont traité en tant que tel ».

La maire du 9e arrondissement veut étendre l’audit à « l'ensemble des arrondissements »

« N'ayant pas cherché à en connaître la cause, ils n'ont procédé qu'à des travaux de surface pour rétablir l'horizontalité du trottoir alors que des travaux en profondeur s'imposaient et que l'entreprise avait connaissance d'une canalisation de gaz sous le trottoir à cet emplacement », précisent les experts, qui pointent par ailleurs du doigt une « manque de réactivité » du syndic. Dans une déclaration à l'Hôtel de Ville, Ivoa Alavoine, la directrice des affaires juridiques de la Ville, a répondu lundi en déclarant que ce type de travaux d'entretien étaient « mandatés par les services techniques locaux, en lien étroit avec les mairies d'arrondissement ». De son côté, la maire Anne Hidalgo a affirmé sur Twitter entendre « le besoin de vérité » des familles, promettant de tirer « toutes les conséquences nécessaires » de l'accident. Delphine Bürkli, la maire du 9e arrondissement, a elle demandé à la Ville de Paris, « au regard de la gravité des premiers éléments rendus publics », d'étendre « dès à présent » cet audit « à l'ensemble des arrondissements de la capitale ».

Un rassemblement prévu le 12 janvier pour l’anniversaire du drame

« C'est un soulagement parce que nous attendions ces premières conclusions depuis un certain temps, a réagi de son côté Dominique Paris, présidente de l'association Trévise-Ensemble qui réunit des sinistrés de l'explosion. C'est une étape importante de franchie, avec des premières responsabilités qui ont été établies. Nous en prenons acte. » Me Olivier Morice, conseil de cinq parties civiles, estime que la mairie devait prendre « de toute urgence » des « mesures de relogement et d'indemnisation » : « Ce qui est très important, c'est que la ville de Paris puisse assumer ses responsabilités vis-à-vis des victimes ». Alors que les parties ont un mois pour présenter leurs observations sur ce rapport, l'avocat a indiqué qu'il réclamerait des « explications complémentaires », notamment de la part de GRDF, se disant « pas convaincu des premières conclusions à son égard ». Le 12 janvier prochain, la mairie du 9e et l'association Trévise Ensemble invitent en tout cas les habitants à se réunir pour marquer le premier anniversaire du drame.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice politique explosions faits divers société accident