Mobiliers anti-SDF : Paris, en compétition aux « Pics d’Or » de la Fondation Abbé-Pierre

Lundi 2 mars 2020 prochain, la Fondation Abbé-Pierre « récompensera » les pires mobiliers anti-SDF en France. La capitale est bien placée, avec six lieux  en compétition, pour décrocher un « Pic d’Or ».
"Le clou", en compétition pour le prix du dispositif le plus agressif-Les champignons de Paris- 20 Rue Vicq d’Azir, Paris 10e
"Le clou", en compétition pour le prix du dispositif le plus agressif-Les champignons de Paris- 20 Rue Vicq d’Azir, Paris 10e © Fondation Abbé Pierre
Pour la deuxième année , la Fondation Abbé-Pierre va « récompenser » les pires aménagements urbains et dispositifs anti-SDF déployés un peu partout dans les villes de France. Elles decernera ses « Pics d’Or » lundi 2 mars 2020 au Théâtre de l’Atelier à Paris dans le 17e arrondissement.

La ville de Paris est nominée, six fois

Dès 2017, la Fondation Abbé Pierre avait commencé à alerter les citoyens sur le scandale des équipements urbains anti-SDF via la plateforme soyonshumains.fr. Cette plateforme recense, grace à la contribution de citoyens sur Twitter ou par mail les dispositifs anti-SDF existants. Elle recense aujourd'hui 445 dispositifs sur toute la France. Ces dispositifs anti-SDF ont pour résultat d’interdire aux personnes sans-abri de s’abriter, de se reposer ou de dormir.
 

Alerter l'opinion sur la violence du procédé

Il y a des picots comme ceux installés sur le rebord de fenêtre pour éloigner les grilles, mais aussi des rochers, des poteaux… Moderne, classique, coloré, tous les styles sont envisagés matière de mobilier anti-SDF. En février 2019, après les avoir dénoncés, la Fondation Abbé Pierre a décidé de "récompenser" le choix de ce mobilier urbain anti-SDF au cours d’une cérémonie satirique : les « Pics d’Or ».

Plusieurs catégories et plusieurs prix sont prévus « Fallait oser », « Faites ce que je dis, pas ce que je fais », « Ni vu ni connu », « Bouge de là », « C’est pas mieux ailleurs », « Le Clou » : des récompenses qui seront remis notamment par Guillaume Meurice, Blanche Gardin, et d’autres personnalités, soutiens fidèles de la Fondation.
 
"Ni vu, ni connu", le prix du dispositif le plus fourbe
"Ni vu, ni connu", le prix du dispositif le plus fourbe © Fondation Abbé Pierre
 

L'édition 2020 aura lieu lundi prochain à Paris

Le but de cette cérémonie permet tout d'abord "de sensibiliser l’opinion publique sur l’hostilité urbaine à l’égard des personnes sans domicile et de rappeler que la collectivité tout entière a le devoir de respecter la dignité des personnes sans-abri. Elle permet également de faire prendre conscience aux commanditaires de ces dispositifs (l’État, les collectivités locales, les entreprises de transport, les commerçants, les copropriétés, les riverains…) qu’il faut traiter le problème du sans-abrisme plutôt que le déplacer"explique la fondation dans son communiqué. Elle rappelle que "les personnes sans-abri, comme tout être humain, ont des droits fondamentaux, qui ont été rassemblés au sein de la Déclaration des droits des personnes sans abri".

Blanche Gardin et Guillaume Meurice participeront à la remise des prix

Les deux humoristes dénoncent régulièrement l'absence de solutions proposées par le gouvernement pour sortir les personnes de la rue. Dans un post publié en avril 2019 sur Facebook, Blanche Gardin avait dévoilé un courrier envoyé par le ministère de la culture où on lui proposait une nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres. Sa réponse adressée au Président expliquait qu'il lui était impossible d’accepter une récompense de la part d’un gouvernement qui ne tient pas ses promesses vis-à-vis des SDF.
 




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sdf société