Bannière résultats municipales

Municipales : alliance à droite dans le XVe arrondissement de Paris

Après des mois de guerre froide entre Philippe Goujon, maire du XVe arrondissement candidat à sa réélection et Radicha Dati, chef de file des LR dans la capitale, un accord serait finalement en passe d’être conclu dans ce bastion historique de la droite. 
 

© LUDOVIC MARIN / AFP

La hache de guerre serait-elle définitivement enterrée entre Philippe Goujon, maire du XVe arrondissement, et Rachida Dati, chef de file de la droite parisienne ? A quelques semaines du second tour du scrutin, prévu le 28 juin, la réconciliation des candidats semble plus que jamais sur la bonne voie. "Les électeurs se sont exprimés au premier tour. Et ils ont mis les deux listes de droite à égalité, explique le maire sortant Philippe Goujon, candidat à sa propre réélection. Ce message, nous allons l’entendre et nous allons faire une liste d’union de la droite et du centre dans le XVe arrondissement de Paris de façon à éviter une élection d’une liste de gauche. Les discussions sont bien engagées pour que nous puissions présenter une liste d’union entre la liste de Rachida Dati et la mienne."

Des discussions confirmées ce dimanche dans le camp de Rachida Dati. "Nous n’avons jamais fermé la porte à Philippe Goujon qui n’avait pas souhaité mener la campagne au 1er tour sous l’étiquette de Rachida Dati, réagit Nelly Garnier, directrice de campagne. Il a pris acte des résultats du 1er tour. Nous aussi. Aujourd’hui, notre objectif commun c’est de faire front contre Anne Hidalgo. Et de la battre."

Ces candidats semblaient pourtant définitivement irréconciliables il y a quelques semaines encore. En quittant le groupe LR au Conseil de Paris en juin dernier, Philippe Goujon, 65 ans, conseiller de Paris depuis 37 ans, avait déclenché les hostilités. Et depuis, il refusait catégoriquement de soutenir Rachida Dati dans sa quête de la mairie centrale, expliquant qu’il se rangerait aux côtés du mieux placé pour battre la maire sortante. Quitte à s'allier au candidat de la République en Marche. Par conséquence, en janvier, la commission nationale d’investiture (CNI) des Républicains avait décidé de placer face à lui Agnès Evren, députée européenne et présidente de la Fédération LR de Paris, dans ce XVe arrondissement très convoité. Un arrondissement hautement stratégique pour l'élection du maire de la capitale. Car c’est celui qui envoie le plus gros contingent au Conseil de Paris avec 18 conseillers. 
 

"Une liste dans le respect du suffrage universel et des électeurs"

Mais le mauvais score de la marcheuse Agnès Buzyn, arrivée en troisième position, et le virage en tête d'Agnès Evren dans le XVe arrondissement avec 22,7 % des voix contre 21,43 % des voix pour Philippe Goujon semble avoir sonné le glas des rivalités. "Il y a eu des discussions au lendemain de ce premier tour mais elles ont été interrompues avec la crise du coronavirus. Depuis, nous nous sommes parlés mais pas encore rencontrés, reconnaît Agnès Evren. Je suis très contente que Philippe Goujon rejoigne sa famille politique car je refuse que la division puisse affaiblir notre chance de battre Anne Hidalgo."

Reste aujourd'hui à définir qui sera la tête de liste. Une question qui n’a pas encore été tranchée indique-t-on dans le camp de Rachida Dati. "Un accord est en cours, rien n'est encore acté." Agnès Evren, arrivée avec 800 voix d'avance, plaide de son côté pour un binôme. "Ce que je souhaite, c'est une liste commune qui se fasse dans le respect du suffrage universel et de la volonté des électeurs qui sont très légitimistes à droite. Il nous faut de la clarté et de la transparence" déclare-t-elle aujourd'hui.
Cet accord devra être finalisé avant le 2 juin et le dépôt des listes. 
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élections municipales 2020 élections
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter