• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

“On aurait dit deux sœurs, avec le même nez, les mêmes yeux“ raconte l'auteur du cliché des ”deux Marianne”

"J'ai réglé ma profondeur de champ à 2,8 pour isoler le regard au premier plan", explique Valery Hache, photojournaliste à l'AFP depuis 2005. / © Valery HACHE / AFP
"J'ai réglé ma profondeur de champ à 2,8 pour isoler le regard au premier plan", explique Valery Hache, photojournaliste à l'AFP depuis 2005. / © Valery HACHE / AFP

C'est une photo puissante, un échange de regards lors de la manifestation des Gilets Jaunes à Paris, samedi 15 décembre, qui a déjà suscité de très nombreuses réactions. Son auteur, Valéry Hache, photojournaliste à l'AFP, explique comment il a pu capturer cet instant.  

Par Alice Robinet

"Nous étions quatre photojournalistes de l'AFP sur les Champs-Elysées pour couvrir la manifestation des Gilets Jaunes, et j'étais sur la partie basse, la plus près de l'Elysée", raconte Valéry Hache, photojournaliste de l'AFP, contacté par téléphone.

"Je suis arrivé tôt, vers 8 heures, et j'ai vu ce groupe de filles, un peu à l'écart. Elles n'avaient pas encore revêtu leur manteau rouge", poursuit-il.

Le photographe se demande alors s'il s'agit de Femen en train de se préparer, mais écarte cette hypothèse, et s'éloigne pour poursuivre son travail. 
 

Entourées par un groupe de journalistes 


Plus tard, Valéry Hache aperçoit à nouveau les silhouettes des cinq jeunes femmes.

Bustes dénudés, peau couverte de peinture argentée et veste rouge surmontée d'une capuche aux allures de bonne phrygien, elles font face à une ligne de gendarmes déployés pour la manifestation. 
 

Toutes les bonnes places sont prises


Autour de la scène, les journalistes sont déjà nombreux. "Toutes les bonnes places sont prises, je cherche un angle et me retrouve collé contre un bouclier", se remémore le photographe qui remarque alors les deux profils qui se font face. Leur ressemblance est frappante. 

"En un dixième de seconde, je vois ces deux femmes. On dirait deux soeurs, elles ont le même nez, les mêmes yeux. Je règle ma profondeur de champ à 2,8 pour les isoler. Je fais deux photos, au moment où leurs regards se rencontrent". 

 
Voir cette publication sur Instagram

- Paris Acte V -

Une publication partagée par Valery HACHE (@valeryhache) le

 

Je me suis juste dit que c'était une bonne photo 


Valéry Hache s'éloigne pour envoyer son cliché à l'Agence-France-Presse, qui la mettra à disposition des médias.

"Je ne me suis pas rendu compte tout de suite de la force de l'image, je me suis juste dit que c'était une bonne photo",
explique-t-il. 

Rapidement, les réseaux sociaux s'enflamment et le cliché suscite un débat : qui est celle qui incarne vraiment la Marianne républicaine ?

La femme gendarme ou celle costumée, dans le cadre d'une performance artistique de Deborah de Robertis ? 
 


Évidemment, l'auteur du cliché a été interrogé sur cette question : "Tout le monde m'a demandé laquelle de deux était la vraie Marianne, selon moi, mais je suis journaliste", rappelle Valéry Hache, qui refuse logiquement de se prononcer. 

De son côté, le service de communication de la Gendarmerie nationale a indiqué que la femme gendarme qui apparaît sur la photo serait reçue dans la semaine par le général Lizurey. 

 

Sur le même sujet

A Paris, des habitants sont formés pour éradiquer la présence de rats

Les + Lus