Paris : dans le XIème arrondissement, une mobilisation pour sauver la piscine Oberkampf

Publié le
Écrit par Elie Saïkali avec Emmanuelle Hunzinger

La piscine "Espace Form" est l’un des derniers bains de Paris construits à la fin du XIXème siècle. En location depuis plusieurs décennies, son propriétaire souhaite reprendre le bâtiment, pour le plus grand regret des habitants du quartier et des élus.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Elle a vu le jour en 1887, l’année du début des travaux de…la tour Eiffel. Son avenir est aujourd’hui incertain. La piscine "Espace Form" doit fermer le lundi 28 février, au grand dam des habitants du quartier et des usagers qui se mobilisent. Une pétition a été lancée la semaine dernière. Elle a, à l’heure de publication, récolté plus de 3000 signatures.

"Par cette fermeture le 28 février 2022, c’est le bien-être de nos riverains et l’apprentissage de la natation scolaire ainsi que des écoles de natation qui se voient injustement touchés. Cela donnait de la vie au quartier ainsi qu’à l’ensemble des petits commerces de proximité. L’économie et l’historique de cette piscine, en ces temps difficiles, est un vrai poumon vert pour la vie en communauté. Par ces temps de Covid, beaucoup de petits commerces ont fermé dans ce quartier, c’est pourquoi nous souhaitons le maintien de cette piscine", indique Carole Battestini, autrice de la pétition sur la plateforme change.org.

Au-delà de son caractère historique, cette piscine est également d'une grande beauté architecturale : un bassin en "L" longé de coursives au-dessus desquelles se dressent des cabines pour se changer. Le tout est surmonté d’un toit constitué de pavés de verre, laissant passer la lumière du jour. L’endroit est, dans son ensemble, de style Art déco.

Apprentissage de la natation

Jusqu’à présent, le bâtiment hébergeant la piscine était loué et géré par une même famille depuis plusieurs décennies. "42 ans", selon des proches du gérant. "C’est une entreprise familiale. J’ai appris à nager ici, c’est une page qui va sa tourner. Il y a beaucoup d’émotion…", nous confie-t-on, ajoutant que les "habitués, les familles du quartier, beaucoup ont appris à nager ici. Des écoles viennent pour l’apprentissage de la natation. C’est triste".

Il y a trois ans, "le bailleur [propriétaire des lieux] nous a annoncé vouloir reprendre le lieu. Il est dans son droit. Nous n’avons pas les moyens de racheter. Nous avons aucune idée de ce qu’il va y avoir après", indique cette même source.

"Vraie valeur historique"

Beaucoup de regrets également du côté des élus. Pour le maire PS du XIème arrondissement, François Vauglin, la piscine "Espace Form" d’Oberkampf a "une vraie valeur historique". La fermeture de la piscine serait également une mauvaise nouvelle pour ce quartier populaire. "Il y a 25 heures de cours de natation pour les scolaires dans cette piscine. Des générations entières d’enfants y ont appris à nager. Nous n’avons pas beaucoup de piscines dans le XIème. On a trois piscines, dont celle-ci", ajoute-t-il.

Des générations entières d’enfants y ont appris à nager. Nous n’avons pas beaucoup de piscines dans le XIème. On a trois piscines, dont celle-ci.

François Vauglin, maire PS du XIème arrondissement

Il indique également que, la piscine étant un bâtiment privé, il a peu de moyens d'actions. "En tant que maire (…) je n’ai aucun moyen d’empêcher la reprise [par le propriétaire]". En revanche, précise-t-il, "s’il y a un permis de construire et s’il n’est pas réglementaire, je peux le refuser". Autre scénario : "s’il y a une vente, on peut étudier la préemption mais pour l’instant il ne s'est encore rien passé. Le propriétaire peut démolir l’intérieur notamment la piscine et là, il y a de vrais risques de perte des vitraux, de perte de la piscine, de la verrière. Une destruction intérieure ne nécessite pas de permis de démolir", explique-t-il. L’élu confie également ne pas connaitre le propriétaire de l'établissement et n’avoir eu aucun contact avec lui. 

"Monuments historiques"

Afin d'assurer au mieux la survie de l’établissement, l’élu assure avoir fait adopter en janvier 2020 un vœu en Conseil d'arrondissement, permettant de réaliser une étude sur le "caractère historique du lieu". "La direction des affaires culturelles, la DRAC de la ville de Paris, a rendu un rapport suite à ce vœu. Je demandais également une protection patrimoniale lors de la prochaine révision du Plan local d’urbanisme", indique François Vauglin. Le PLU est donc en cours de révision "mais cela n’aboutira pas avant 2023/2024. C’est un processus qui est long et nous ne sommes pas dans le bon timing pour la piscine".

Voyant l’échéance se rapprocher à grand pas, l’élu a même écrit à la ministre de la Culture Roselyne Bachelot "pour que les services de l’État, au titre des monuments historiques, puissent instruire un classement".

L'élu n'a pas reçu de réponse de la ministre. Mais le temps presse, il ne reste que six jours. "Le silence laisse courir toutes les rumeurs : est-ce que la piscine va être construite au profit établissement hôtelier de luxe ? Qui ne permettra plus à la population et aux enfants du quartier de profiter de cette piscine", regrette François Vauglin.