Bannière résultats municipales

A Paris, les futurs chantiers d'Anne Hidalgo

Crise du coronavirus, alliance avec les Verts : le programme de Paris en Commun (la plateforme d'Anne Hidalgo) a dû s'adapter ces derniers mois. Certains projets ont émergé, d'autres ont été abandonnés.

Une cinquantaines de pistes cyclables ont été créées pour éviter un afflux des voitures dans la capitale.
Une cinquantaines de pistes cyclables ont été créées pour éviter un afflux des voitures dans la capitale. © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
Si à Paris la vague verte n'a pas déferlé, c'est qu'elle était peut-être déjà arrivée il y a un moment. Mais la candidature de David Belliard, candidat Europe Écologie – Les Verts, est malgré tout venue perturber les ambitions de la maire de Paris qui a dû négocier fermement avec le mouvement pour unir la gauche au second tour des municipales à Paris.
 

Le béton dans le viseur

Et l'un des principaux points d'achoppement c'est l'immense ZAC (Zone d'Aménagement Concerté) de 80 hectares  de Bercy-Charenton dans le XIIe arrondissement. Car le projet initial, voté avant l'été dernier, prévoyait la construction de six tours "écologiques" (selon les mots à l'époque de Jean-Louis Missika, adjoint à l'Urbanisme) dont un gratte-ciel de 180 mètres de haut.
          
Des tours dont la hauteur devait diminuer progressivement "pour ménager la transition" avec les bâtiments environnants et qui "dialogueront" avec les futures tours Duo de Jean Nouvel sur la rive gauche.
          
Des habitations, des équipements publics, des bureaux, des commerces, des hôtels avaient été prévus pour voir le jour d'ici à 2030. Selon ce scénario, la zone accueillerait 9 000 nouveaux habitants et 13 000 emplois.

Mais les écologistes, qui dénoncent régulièrement la bétonisation de Paris, souhaitaient transformer ces terrains en espaces verts pour y créer le troisième bois de Paris. "C’est vrai que nous ne partagions pas la même vision de l’urbanisme et que ça a été compliqué, reconnaissait un proche de David Belliard début juin, après l'accord entre les deux partis. Mais nous nous sommes mis d’accord sur une remise à plat du projet avec la création d’un nouveau groupe. Les habitants seront consultés. Cela fait peu de doutes qu’ils préféreront une vraie forêt à une forêt de tours".

Ils ont également obtenu de réviser les projets de l'ancien terrain d'éducation physique de Ménilmontant (XIe) et la friche Orderner (XVIIIe) où une part plus importante sera donnée aux espaces verts.
 

Les pistes cyclables resteront-elles provisoires ?

En quelques semaines, ce sont 50 km de voies cyclables qui ont été créées et certaines sur des voies très fréquentées comme le boulevard Saint-Michel. Sur cette voie, la voie bus a été entièrement consacrée aux vélos et la voie de bus déportée sur la gauche ne laissant plus qu'une voie aux voitures.

Une hérésie pour l'association Rouler libre qui a porté l'affaire devant le Conseil d'État. "La mairie de Paris interdit les voitures dans la capitale, ferme des rues, crée une multiplicité de pistes cyclables en supprimant des places de stationnement. Elle empêche les personnes d’utiliser le moyen de transport qu’elles souhaitent. Notamment de prendre leur voiture alors qu’une auto est bien plus sécuritaire en matière sanitaire que les transports en commun", a avancé Me Tabet qui défend l'association.

Mais la maire avait prévenu avant sa réélection : "Je souhaite que ces pistes et ces aménagements puissent perdurer". Et d'ajouter : "Je m'inscris dans l'État de droit. Nous avons pu le faire parce que nous sommes dans une situation d'urgence avec une possibilité qui nous a été donné de faire cela très rapidement. Si on veut pérenniser, il faut passer par des votes, des procédures, ce que nous ferons si je suis élue", expliquait-elle sur France Inter début juin. 

Front anti-tour Triangle

Saga de plus de 10 ans, la tour Triangle verra-t-elle le jour ? Son chantier doit être lancé cette année dans le quartier de la Porte de Versailles (XVe). Mais avec ses 180 mètres de haut et 42 étages, elle ne fait pas du tout l'unanimité.

La quasi-totalité des plus de 90 000 m² seraient ainsi consacrés aux bureaux. Argument de la maire : désengorger les bureaux du centre de Paris pour les convertir en logements. Mais des riverains à la mairie LR, les opposants, sont nombreux.

La nouvelle maire LR, Agnès Evren, regrettait ainsi que "ce projet Triangle est aujourd'hui très loin des ambitions que nous voulons en matière d'écoresponsabilité" au Parisien.

Du côté des écologistes, Aminata Niakate dénonçait avant le premier tour un projet démesuré au même média : "il y a suffisamment de bureaux vides à Paris, nous n'avons donc pas besoin de bureaux supplémentaires et c'est encore un projet de bétonisation pharaoniquement inutile, coûteux et énergivore, soit totalement anti-écolo".

Depuis, elle a été élue sur la liste de la candidate PS Anouch Toranian. EELV ayant obtenu des avancées significatives sur d'autres projets, pas sûr qu'Anne Hidalgo remette en cause un projet qui pourrait être un marqueur de son mandat.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement élections municipales 2020 politique élections parti socialiste écologie travaux publics économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter