• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Paris - Le gilet jaune Eric Drouet veut “approcher” Macron au Salon de l'agriculture

Eric Drouet, lors de "l'Acte 14" des gilets jaunes, le 26 février, à Paris. / © ERIC FEFERBERG / AFP
Eric Drouet, lors de "l'Acte 14" des gilets jaunes, le 26 février, à Paris. / © ERIC FEFERBERG / AFP

La figure des gilets jaunes Eric Drouet était samedi matin au Salon de l'agriculture à Paris pour tenter d'"approcher" le président Emmanuel Macron, qui a inauguré l'évènement et commencé une déambulation dans les allées de la manifestation.

Par MT/AFP

"Le dialogue a été rompu il y a un certain temps" et "on voulait voir si on pouvait s'approcher du Président", a affirmé Eric Drouet, sans son gilet jaune, alors que le mouvement de mobilisation vit son "Acte 15" ce samedi 23 février.
"On vient au salon pour l'inauguration, voir ce que notre président a à dire", a ajouté M. Drouet, qui était accompagné d'un autre militant gilet jaune. "On est venu que tous les deux, sans gilet, sans rien", a-t-il précisé, avant de s'éclipser des abords du Pavillon 1.

Une autre figure du mouvement, Benjamin Cauchy, a également annoncé sur tweeter samedi matin qu'il allait se rendre au salon de l'agriculture, qui se tient porte de Versailles, dans le sud de Paris.
"#Giletsjaunes libres et agriculteurs veulent plus de pouvoir d'achat et une Europe des nations qui protège", a-t-il écrit, sans préciser à quel moment il s'y rendrait.
 

"Si je revenais, j'étais interpellé"

Finalement, il a quitté le salon pour rejoindre la mobilisation des gilets jaunes dans le centre de Paris, avec un cortège parti de l'avenue des Champs-Elysées.

Un gilet jaune prénommé Jonathan, 32 ans, venu de l'Essonne, a peut-être donné un élément d'explication. Il a été éloigné promptement du périmètre présidentiel après avoir brandi un gilet jaune avec l'inscription "oui au RIC", le référendum d'initiative citoyenne.

"Ils m'ont dit (les policiers) que soit je restais dans le salon sans gilet jaune, soit je partais. Et si je revenais, j'étais interpellé", a-t-il confié à l'AFP. "J'y tiens à ce gilet, je l'ai depuis le début", a-t-il souligné, en expliquant participer au mouvement depuis l'acte 3 et n'avoir pas de difficultés économiques.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

A Paris, des habitants sont formés pour éradiquer la présence de rats

Les + Lus