• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Paris: les vols de Velib' sont en recrudescence

Demain mercredi , le ticket 1 jour sera gratuit pour les utilisateurs de Vélib'.
Demain mercredi , le ticket 1 jour sera gratuit pour les utilisateurs de Vélib'.

Depuis deux ans et particulièrement pendant l'été,le Nord-Est de Paris connaît une recrudescence des vols et du vandalisme visant tout particulièrement les Velib'.

Par France3 Paris

Velib' est désormais devenu le quotidien de milliers de Parisiens et de Franciliens mais malheureusement le vandalisme et les dégradations que subissent les Vélos deviennent aussi un sujet récurrent.

Pour l'année 2012, 9000 vélos volés ou vandalisés ont été comptabilisés. ce phénomène est particulièrement concentré  sur le Nord-Est parisien et les communes avoisinantes. A l'heure actuelle, une vingtaine de stations de cette zone couvrant le 18e,19e et 20e arrondissements ainsi que Pantin, Aubervilliers et Bagnolet se situant en Seine-Saint-Denis. Il est donc impossible de déposer ou retirer un Velib', obligeant les usagers de ces quartiers à déposer leur vélo de plus en plus loin de leur lieu de déplacement, voire à abandonner temporairement le service.
De plus le coût de réparation des Velib' et des stations concernées par les dégradations est très élevé.

Sur le plan contractuel, le groupe JC Decaux et la Ville de Paris ont dû définir les ajustements nécessaires au marché Vélib’. En 2008, la Ville s’est engagée à participer aux  conséquences financières du vol et du vandalisme. En 2009, elle a revu à la hausse son niveau d’engagement.
Ces mesures s’accompagnent d’un renforcement de la communication vis-à-vis des usagers, via un message d’information sur l’écran de la borne de location, sur le site internet et sur les réseaux sociaux. Les usagers sont désormais informés de la cause de la fermeture temporaire de la station, du vandalisme, et tenus au courant de la date de réouverture.

A Paris, les auteurs présumés de ces délits sont principalement des mineurs désoeuvrès. Une convention entre le parquet de Paris et la préfecture a été mise en place pour contraindre les mineurs pris sur le fait à des travaux d'intérêt général: un passage de 48 heures dans les ateliers de réparation de JC Decaux est prévu. Le parquet de Bobigby en Seine-Saint-Denis planche actuellement sur une convention similaire.

A Paris comme en banlieue l'accent est mis aussi sur la sensibilisation mais les différentes municipalités réfléchissent aux manières de compliquer la tâche des voleurs; caméras de surveillance, petits plots bloquantr la roue arrière etc ....

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus