• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Paris - Le maire du 6e arrondissement en colère après l'annonce de la réouverture d'un centre pour migrants

Une résidence du Crous en travaux dans le 6e arrondissement de Paris accueille 50 réfugiés. / © France 3 Paris - Île-de-France
Une résidence du Crous en travaux dans le 6e arrondissement de Paris accueille 50 réfugiés. / © France 3 Paris - Île-de-France

Les riverains qui s'opposaient à l'ouverture d'un centre temporaire pour migrants dans le 18e arrondissement ont obtenu gain de cause. Dans la foulée, le préfet a annoncé l'ouverture d'un autre centre dans le 6e provoquant la colère du maire pour qui les centres ne sont pas comparables.

Par Nicole Bappel avec MT

Le bâtiment du Crous dans le 6e arrondissement de Paris ne fait pas de rentrée universitaire. Pourtant, il reçoit une livraison de réfrigérateurs et de mobiliers. Il s'agit de la préparation par la Croix-Rouge d'un accueil de migrants et réfugiés. Ils seront une cinquantaine à habiter pour deux mois. Ainsi en a décidé la préfecture de région.

"En tant que maire d'arrondissement, je préfère que ces personnes, qui sont en difficulté évidente à partir du moment où elles sont arrivées sur le sol français, soient accueillies la nuit dans des centres gérées par l'Etat plutôt que d'être livrées à elles-mêmes dans la rue", explique Jean-Pierre Lecoq, maire (LR) du 6e arrondissement de Paris.
 

La préfecture recule

Entre mars et juin 2018, le Crous en attente de travaux a déjà accueilli des dizaines de migrants. Dans le quartier, personne ne s'en est vraiment rendu compte.

Si le lieu était discret, il en est autrement depuis l'affaire du centre d'accueil dans un gymnase d'un immeuble du 18e arrondissement. Jeudi 30 août, devant le refus catégorique des habitants, la préfecture a dû reculer et renoncer à ce nouvel espace d'hébergement.
 

Communication maladroite

Mais un communiqué préfectoral s'en est suivi déclarant qu'un autre lieu d'accueil temporaire ouvrirait rue André Mazet provoquant la colère du maire du 6e arrondissement. Car l'espace du Crous, de par sa capacité, ne peut être comparé à celui du 18e.

"J'espère que cette confusion qui s'est instaurée à cause de cette politique maladroite de communication de la préfecture de région, ne suscitera pas des réactions d'hostilité qui n'avaient pas eu lieu jusqu'à maintenant", indique l'édile.

Il y a dans Paris six lieux d'hébergement temporaire avant que les migrants trouvent refuge des lieux plus pérennes. Mi-septembre à Paris, deux centres vont ouvrir pour 250 migrants et réfugiés.
 

Sur le même sujet

L'Artichaut, Joey Starr par Karin Viard

Les + Lus