Cet article date de plus de 3 ans

A Paris, la mairie, qui a porté plainte, va rembourser près de 5000 amendes de stationnement

Quelque 5000 contraventions de stationnement ont été infligées illégalement à Paris par la société Streeteo, qui fait l'objet de multiples critiques et d'une plainte en justice. La Ville de Paris s'est engagée à les rembourser, et tente désormais d'apaiser ce dossier devenu polémique
© Christophe Simon/AFP Photos
"Nous continuons à suivre très attentivement le travail du prestataire sur le terrain que nous accompagnerons jusqu'à ce que la situation rentre définitivement dans l'ordre", dit aujourd'hui la mairie qui réaffirme que la réforme du stationnement "porte ses fruits" en terme de fluidité du stationnement et de respect du paiement des parcmètres.
durée de la vidéo: 00 min 26
Christophe Najdovski, à propos de Streeteo ©France 3 Paris


Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris pour faux et escroquerie fin mars et la Ville a confirmé avoir déposé plainte pour faux, usage de faux et escroquerie. Et la mairie a infligé une pénalité de 475 000 euros à la société.

Mais la municipalité doit aussi affronter l'opposition parisienne, qui a vu la belle occasion de partir en guerre, et les automobilistes qui eux non plus n'ont pas raté l'occasion.
Et pour l'instant, le président du groupe UDI-Modem Eric Azière, très remonté par cette affaire, et qui participait à la réunion avec Streeteo :  "on a eu des explications (de la société) simplistes, voire difficiles à gober sur des erreurs de gestion de données".
Son groupe demande toujours "la résiliation du contrat, le lien de confiance est rompu".


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
trafic routier économie transports