• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

A Paris, un millier de personnes à la manifestation contre les violences faites aux femmes

Manifestation du 25 novembre 2017, place de la République / © FRANCOIS GUILLOT / AFP
Manifestation du 25 novembre 2017, place de la République / © FRANCOIS GUILLOT / AFP

En 2016, près de 225 000 femmes ont été victimes de violences physiques ou sexuelles de leur conjoint. Partout en France, des rassemblements ont été organisés samedi pour appeler à une prise de conscience et rendre hommage aux victimes.

Par CS (avec AFP)

En début de cortège, des femmes vêtues de noir portaient le nom de victimes assassinées en 2017 autour du cou, comme celui de Doris, 53 ans, tuée à Aubenas le 21 janvier ou Sylvie, 47 ans à Rigny-le-Ferron (Aube) le 12 février. "Toujours et partout contre les violences faites aux femmes": derrière ce slogan, environ un millier de personnes manifestaient samedi à Paris à l'occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.

"Ras le viol"

Comme chaque année, organisations féministes, partis de gauche (PCF, NPA, LO ..) et syndicats (Solidaires notamment) appelaient à défiler pour dénoncer les violences subies par les femmes. "Debout debout", "levons nous femmes esclaves", ont chanté les manifestants, associations féministes en tête. Des panneaux reprenaient des slogans tels que "ras le viol" ou encore "Du MLF à Femen à #Metoo, vive la lutte des femmes".


La manifestation, qui prend cette année une résonance particulière avec le contrecoup du scandale Weinstein, est prévue entre les places de la République et de l'Opéra. Seins nus, plusieurs Femen dont Inna Shevchenko, une de ses figures majeures, étaient aussi présentes.

Egalité femmes-hommes : "grande cause nationale"


Plus tôt dans la journée, le président Emmanuel Macron a déclaré l'égalité entre les femmes et les hommes "grande cause du quinquennat" et présenté tout un plan misant sur la répression et l'éducation pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles. 

Les associations féministes ont salué "l'engagement du président" mais réclamé davantage de moyens, "le nerf de la guerre". Pour elles, les 420 millions d'euros de budget interministériel annoncés par Emmanuel Macron pour 2018 sont "insuffisants" car ils ne font que s'appuyer sur l'existant, ont résumé la militante féministe Caroline De Haas et Ernestine Ronai, membre du Haut conseil à l'Egalité.


Manifestation contre les violences faites aux femmes



Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus