Paris – Municipales 2020 : Gaspard Gantzer veut créer une « nouvelle Seine » en supprimant le périphérique

Une vision du projet d’aménagement prévu par Gaspard Gantzer. / © Equipe de campagne de Gaspard Gantzer / Jigen (Illustration en images de synthèse).
Une vision du projet d’aménagement prévu par Gaspard Gantzer. / © Equipe de campagne de Gaspard Gantzer / Jigen (Illustration en images de synthèse).

S’il est élu maire de Paris en 2020, l’ex-communiquant de François Hollande prévoit de supprimer le boulevard périphérique. « Nouvelle Seine », « fermes bio », « espaces verts »… Le candidat détaille son projet ce jeudi.

Par France 3 Paris IDF

Chaque jour, son bitume est emprunté par plus d'un million de voitures… Mais pour combien de temps ? Si la maire de Paris Anne Hidalgo (PS) s’est déjà dite « assez favorable » à une réduction à 50 km/h de la vitesse autorisée sur le boulevard périphérique, certains vont plus loin.

Gaspard Gantzer, candidat pour son propre mouvement « Parisiennes, Parisiens » en vue des élections municipales de 2020, veut supprimer purement et simplement la voie s’il est élu. Si cet ancien communiquant de François Hollande avait déjà lancé l’idée en mars, il détaille le projet ce jeudi dans un long document d’aménagement : « Paris en grand, sans périphérique ».

Une « nouvelle Seine » et « 100 à 150 hectares d'espaces verts »

La mesure la plus notable : imaginer ni plus ni moins une « nouvelle Seine ». L’idée serait – sur le modèle de Séoul en Corée – de dévier l’eau du fleuve via des tranchées ou un dispositif semblable, pour les transports fluviaux.
Une mesure phare de Gaspard Gantzer dans le cadre de son projet de suppression du périphérique : créer une « nouvelle Seine ». / © Equipe de campagne de Gaspard Gantzer / Jigen (Illustration en images de synthèse).
Une mesure phare de Gaspard Gantzer dans le cadre de son projet de suppression du périphérique : créer une « nouvelle Seine ». / © Equipe de campagne de Gaspard Gantzer / Jigen (Illustration en images de synthèse).
D’après Gaspard Gantzer, la destruction du périphérique, qu’il qualifie de « nouvelle grande étape dans l'histoire de Paris », serait aussi l’occasion de créer « 100 à 150 hectares d'espaces verts » et des « fermes bio ». La disparition de la voie permettrait aussi de « réduire de 75% les émissions polluantes » et de lutter contre la pollution sonore.

2 milliards d'euros d’investissement

Forcément, tout cela aurait un coût, que le candidat chiffre à « presque 2 milliards d'euros ». Selon lui, la cession de 100 hectares pour des projets immobiliers – qui pourrait rapporter plus de 8 milliards toujours d’après Gaspard Gantzer – pourrait ceci dit compenser l’investissement.

Pour ce qui est du calendrier, le candidat prévoit un « temps de préparation » les trois premières années du mandat, un « référendum citoyen » en 2023 puis un réaménagement de « 20 % du périphérique » de 2026 à 2035.

Le projet aura par ailleurs une conséquence considérable pour les automobilistes : il faudra (entre autres) « contourner Paris et le périphérique sur l'axe à 50 km avec une reprise de la Francilienne » et compléter l'A86, selon les plans de Gaspard Gantzer.

 

Sur le même sujet

Les utilisateurs de trottinettes Lime vont devoir payer lors d'une mise en fourrière

Les + Lus