Promenade de Toussaint : dans le Paris des cimetières méconnus

Un cimetière à Paris / © PHILIPPE LOPEZ / AFP
Un cimetière à Paris / © PHILIPPE LOPEZ / AFP

A la Toussaint, il est de tradition de se rendre sur les tombes de ses proches. Les "bonnes familles" à Passy, les célébrités au Père Lachaise... Pour chaque cimetière sa particularité, sa "clientèle" ou son histoire. Faisons trois visites de cimetières parisiens.

Par Danièle Cossettini

Paris compte des cimetières intra muros et d’autres hors les murs. Les premiers situés dans l’enceinte de Paris et les seconds sur le territoire des communes voisines de la capitale. Mais parmi ces cimetières, il en existe trois bien particuliers. Soit par leur taille, leur histoire ou encore leur ouverture au public. Visite de trois tout petits cimetières à Paris.
 

Le cimetière Saint-Vincent

Le cimetière de Saint-Vincent a été ouvert en 1831, sur un terrain pentu et en friche. Situé 6, rue Lucien Goulard, dans le 17ème arrondissement, il fait partie des trois cimetières de Montmartre. Mais ce dernier se distingue de ses voisins car il est dédié, entre autres, à ceux qui ont marqué l’histoire du quartier.
Le cimetière Saint Vincent à Montmartre / © Aurelien Morissard
Le cimetière Saint Vincent à Montmartre / © Aurelien Morissard
C’est un petit cimetière de 900 tombes qui possède un caractère intimiste, où reposent des célébrités. On peut citer Marcel Aymé, écrivain mort en 1967, Eugène Boudin, peintre précurseur des impressionnistes, Maurice Utrillo, peintre, Marcel Carmé réalisateur, ou encore Claude Pinoteau, réalisateur et scénariste connu pour "Les palmes de Monsieur Schultz".

Pour en savoir plus
 

Le cimetière du Calvaire

En haut de la butte Montmartre, derrière la place du Tertre, se trouve le plus petit cimetière classé de Paris. Le Calvaire est situé au 2 rue du Mont Cenis, dans le 18ème arrondissement. Il s'agit du plus petit et le plus vieux des cimetières parisiens. Il a été ouvert en 1808 puis laisser à l’abandon en 1831.
Certains membres de grandes familles aristocratiques du Montmartre y furent enterrés. Implanté dans un ancien verger de l’abbaye de Montmartre, sa taille est de 600 m2 et ne renferme qu’environ 80 concessions. Il a pour particularité de n’ouvrir que trois fois par an (lors des journées du patrimoine, des jardins et de la Toussaint). Seuls les descendants de ceux qui y reposent peuvent encore y être inhumés.

Pour en savoir plus
 

Le cimetière de Picpus

Le cimetière Picpus est un lieu singulier, par son statut et son histoire. On peut l'apercevoir au 35, rue de Picpus, Paris  XIIème. C’est une nécropole privée de la ville de Paris. Créé en 1794, au cœur de la tourmente révolutionnaire, il se compose d'un enclos fermé au public et d'un petit cimetière contigu.
Le vice-président américain Rockfeller sur la tombe de La Fayette, au cimetière de Picpus, à Paris, en 1976. / © Keystone Pictures USA MaxPPP/Newscom/MaxPPP
Le vice-président américain Rockfeller sur la tombe de La Fayette, au cimetière de Picpus, à Paris, en 1976. / © Keystone Pictures USA MaxPPP/Newscom/MaxPPP
L’enclos abrite deux fosses communes où furent entassés les corps des 1.306 personnes guillotinées place de la Nation, entre le 14 juin et le 27 Juillet 1794. Le cimetière est réservé aux seuls membres des familles des victimes, et encore aujourd'hui les descendants de personnes passées sur l’échafaud peuvent y être inhumés. On y trouve notamment la tombe de La Fayette.

Pour en savoir plus

Sur le même sujet

Les + Lus