Cet article date de plus de 4 ans

Une thèse sur la formation professionnelle en demi-finale de "Ma thèse en 180 secondes"

Le consultant Jean-Jacques Machuret fait partie des 27 finalistes du concours Ma thèse en 180 secondes. Après cinq ans de recherche, il explique que deux mots sont essentiels dans une recherche d'emploi ou pour progresser professionnellement : l'expertise et la confiance.
Jean-Jacques Machuret présente le sujet de ses recherches lors du concours Ma thèse à 180 secondes.
Jean-Jacques Machuret présente le sujet de ses recherches lors du concours Ma thèse à 180 secondes. © F3 Paris IDF
"L'histoire commence par une rentontre", explique Jean-Jacques Machuret, consultant et chercheur au CNAM. "J'ai formé 400 cadres au chômage pour qu'ils deviennent consultants mais ils ne savaient pas se vendre et ils avaient pas de contrat. Pourquoi, cette question, c'est le début de mes travaux de recherche." Après "cinq années de recherche et 50 ans de carrière", il en conclut que les mots expertise et confiance sont au coeur d'une reprise d'emploi. "Démontrer son expertise", "développer la confiance", "ces mots ont un impact considérable pour obtenir un accord (contrat, promotion, création d'entreprise...)", poursuit Jean-Jacques Machuret dans sa présentation.

Jean-Jacques Machuret fait partie des 27 finalistes du concours Ma thèse en 180 secondes. Importé d'Australie, ce concours voit s'affronter des doctorants qui doivent expliquer au public, en 180 secondes et avec l'aide d'une seule diapo, le thème de leurs recherches. Et les convaincre. La demi-finale aura lieu le 13 juin et la finale, le 14 juin.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ma thèse en 180 secondes éducation société université