Travailleurs sans-papiers : des rassemblements prévus devant des préfectures d'Île-de-France ce mercredi

La CGT appelle à des rassemblements devant les préfectures d'Île-de-France pour régulariser des travailleurs sans-papiers. / © Xavier de Torres/MAXPPP
La CGT appelle à des rassemblements devant les préfectures d'Île-de-France pour régulariser des travailleurs sans-papiers. / © Xavier de Torres/MAXPPP

La CGT, avec d'autres associations, a appelé à des rassemblements pour obtenir la régularisation de travailleurs sans-papiers mercredi 9 octobre. 11 entreprises dont de célèbres enseignes ont fourni les demandeurs depuis le début du mouvement.

Par MT/AFP

Des rassemblements sont prévus mercredi 9 octobre devant les préfectures de Nanterre, Bobigny et Créteil pour obtenir la régularisation de travailleurs sans-papiers, a annoncé lundi la CGT, qui rappelle que 150 d'entre eux sont en grève depuis le 1er octobre pour protester contre leur situation.

Ces rassemblements prévus mercredi à 15h, "contre la casse des services publics et pour l'accueil des usagers étrangers dans les préfectures", se feront à l'appel de la CGT et de plusieurs associations, dont la Cimade, le Secours catholique, ATD Quart Monde ou la Ligue des droits de l'Homme (LDH).

Dans un communiqué publié lundi, la CGT précise que "150 travailleuses et travailleurs sans-papiers ont entamé, depuis le 1er octobre, une grève illimitée et coordonnée" pour réclamer leur régularisation.
 

11 entreprises ont délivré les documents nécessaires

En quatre jours de grève, "avec le soutien de toute la CGT, des organisations territoriales et professionnelles, 11 premières victoires ont été arrachées", ajoute le syndicat.

Il cite 11 entreprises qui "ont délivré ou délivreront, ce jour, les documents nécessaires à la régularisation" : KFC, Léon de Bruxelles, Proman, Targett, Job Center, Haudecoeur, Campanile, Sukiyaki, Le Flandrin, UGC, Polipro.

Toutefois, "deux employeurs continuent à résister à la pression de la grève", selon la CGT, qui mentionne une crêperie parisienne et une entreprise de travail temporaire.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les villes franciliennes dévoilent leurs œuvres d'art

Les + Lus