Trottinettes électriques : gouvernement, mairie de Paris, opérateurs, que proposent-ils pour leur réglementation ?

Alors que les Parisiens se prononceront ce dimanche sur le maintien des trottinettes électriques lors d'un référendum, le ministre chargé des Transports Clément Beaune a présenté ce mercredi un plan national pour encadrer leur circulation, Voici ce que propose, la Ville de Paris, la Mairie et le gouvernement pour réglementer leur usage.

Encadré depuis 2019 par un décret gouvernemental, l'usage des trottinettes électriques est au centre de nombreuses polémiques. France 3 Paris Île-de-France vous propose de revenir sur les différentes propositions, celle du gouvernement, de la mairie de Paris, et des opérateurs pour réguler leur trafic. 

►Les 6 mesures du ministre des Transports

Ce mercredi, le ministre chargé des Transports Clément Beaune a présenté un plan national pour tenter de "mieux réguler" la circulation des trottinettes électriques en libre-service. Ce plan comporte six mesures. 

 

  • L'âge minimum pour conduire une trottinette électrique sera relevé de 12 à 14 ans
  • Les amendes passeront de 35 à 135 euros pour sanctionner la circulation à deux personnes sur un engin ou sur les voies interdites
  • Les véhicules seront aussi équipés de clignotants afin de "renforcer leur visibilité"
  • Création d'un observatoire des micros mobilités
  • Publication d'une charte d'engagement que devront signer les opérateurs. Cette charte aborde les thèmes de la sécurité des usagers ainsi que de la durée de vie des batteries des véhicules.
  • Quant au port obligatoire du casque, "la réflexion reste ouverte : pour le moment, nous avons fait le choix de ne pas l'imposer, mais il est fortement recommandé et nos campagnes de communication vont le répéter", a ajouté Clément Beaune.

►"Le code de la rue" de la Ville en juin 2023

La circulation des trottinettes électriques est réglementée depuis le 23 octobre 2019 par un décret gouvernemental. Dans un communiqué publié le 6 septembre dernier, la mairie de Paris rappelle ces réglementations.

  • Vitesse maximale autorisée à 25 km/heure
  • Interdiction de se garer sur les trottoirs, les aires piétonnes ou la chaussée d'après un arrêté de la Mairie de Paris datant du 30 juillet 2019
  • "Un code de la rue" : En février dernier, Anne Hidalgo a organisé une concertation "associant habitants, experts, partenaires publics comme privés" au sujet de la régulation. Le but de celle-ci était de déboucher sur la mise en place d'un "code de la rue" dans la capitale d'ici juin 2023. Le compte rendu du Conseil de Paris du 14 mars dernier précise qu'une réunion se tiendra ce jeudi à ce sujet à l'Hôtel de Ville. L'édile estime que "les priorités de la Mairie sont la sécurité des usagers et la prise en considération des problématiques environnementales"
  • Limitation à 3 opérateurs et 5 000 véhicules pour chacun d'entre eux
  • Organisation d'une "grande consultation parisienne" chaque année
  • Limitation à 10 Km/heure dans certains arrondissements. Selon David Belliard, l'adjoint à la Mairie chargé de la transformation de l'espace public, cette demande est "non respectée" par les opérateurs. 

Les opérateurs demandent plus de surveillance et de sécurité 

En novembre dernier, lors d'une consultation avec la Mairie de Paris, les trois opérateurs Dott, Lime et Tier ont fait un ensemble de propositions pour réglementer l'usage des véhicules.

  • Vérification de l'âge du conducteur soit mise en place depuis le 28 novembre sur l'ensemble de la flotte
  • Autre mesure demandée par les trois opérateurs : l'exclusion des personnes ayant commis des infractions au Code de la route
  •  L'observatoire de la micro-mobilité annoncé ce mercredi par le gouvernement figure également parmi leurs propositions.

Les trottinettes électriques stop ou encore ? C'est la question à laquelle les Parisiens devront répondre lors d'un référendum ce dimanche. Les inscrits sur les listes électorales de la capitale voteront pour se prononcer sur l'interdiction ou non de ces véhicules.