Un policier relaxé après avoir injurié une femme qui portait plainte pour agression sexuelle à Paris

Le fonctionnaire, qui avait traité de "pute" la plaignante dans un message envoyé par erreur, a été relaxé ce jeudi par le tribunal de police de Paris. De quoi susciter la colère de la victime.

Il avait injurié une plaignante : un policier, qui avait injurié une femme qui portait plainte pour agression sexuelle, a été relaxé ce jeudi à Paris. "La présidente du tribunal de police a considéré que le fait, pour un policier, de dire à une femme agressée sexuellement 'grosse pute', n'était pas une injure à caractère sexiste", a indiqué à l'AFP l'avocat de la plaignante, Me Arié Alimi. "L'institution judiciaire continue à protéger les policiers. Ma cliente souhaite faire appel pour faire changer les mœurs judiciaires", a-t-il poursuivi.

L’avocat a également réagi sur X.

Les faits remontent à février 2022. La victime avait déposé une première plainte dans un commissariat parisien pour agression sexuelle en état d'ivresse. Un officier de police judiciaire lui avait alors laissé un message sur son répondeur pour qu'elle vienne compléter sa plainte. 

Croyant avoir raccroché, on l'entendait se plaindre du cas puis, après un silence de quelques secondes, ajouter : "C'est vraiment une pute. (...) Putain, elle refuse la confront' en plus la pute. Comme par hasard. En fait c'était juste pour lui casser les couilles, je suis sûr. (...) Putain, grosse pute", avant de raccrocher correctement le combiné.

Le sentiment d’être "écrabouillée"

Ces injures étaient-elles prononcées à l'attention de ses collègues, ce qui aurait constitué une injure non publique en raison du sexe, ou pour lui-même, "comme lorsqu'on s'énerve contre un cycliste en voiture", ce qu'arguait le policier ?

Lors de l'audience, début décembre, le parquet avait invité le tribunal à répondre à cette question "en son âme et conscience". Il avait suggéré que, dans le premier cas, le policier devait être condamné mais dispensé de peine, étant donné son parcours exemplaire, et que dans le second cas il devait être relaxé. La jeune femme n'avait alors pas caché sa déception, disant se sentir "écrabouillée".

Cette affaire avait suscité de nombreuses critiques sur la prise en charge par les forces de l'ordre des victimes de violences sexuelles. Gérald Darmanin avait dans un premier temps estimé que le fonctionnaire n'avait "plus sa place" dans la police. "J'ai dû supplier le ministre de ne pas me révoquer", avait expliqué le mis en cause au tribunal.

Suspendu pendant plus de quatre mois, le policier a finalement été sanctionné d'une mutation professionnelle, puis en juin 2023 d'une interdiction de contact avec les victimes et les mis en cause. A l'audience, il s'était défendu d'être "sexiste ou misogyne" et s'était dit "vraiment désolé que la victime ait entendu ces malheureux propos".

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Paris Ile-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité