Un tunnel découvert près de la prison de la Santé à Paris

Grande évasion ou amateurs de spéléologie ? La question reste entière après la découverte fortuite d'un tunnel en cours de formation ce mardi.

Le tunnel se dirigeait-il vers la prison de la Santé pour organiser une évasion ? Une question qui vient à l'esprit au vu de l'emplacement de ce tunnel situé au 93 rue de la Santé (Paris 13e), à quelques centaines de mètres de l'établissement pénitentiaire.

Le tunnel a été creusé artisanalement en direction de la prison de la Santé, située à 450 mètres de là, de l'autre côté du boulevard Auguste Blanqui, selon des informations de France Télévisions, confirmant une information d'Actu17.

Dans ce tunnel qui était en train d'être creusé, plusieurs sacs remplis de gravats ainsi qu'un lit ont été découverts. Selon les informations de France Télévisions, le tunnel s'étendrait de la rue de la Santé, à côté de l'hôpital Sainte-Anne et jusqu'au Boulevard Auguste Blanqui.

Selon des informations de France 3 Paris Île-de-France, il pourrait s'agir en fait d'un tunnel creusé par des amateurs de spéléologie. L'entrée officielle des catacombes se situe d'ailleurs non loin, place Denfert-Rochereau. L'accès au tunnel a immédiatement condamné par la mairie de Paris.

Le directeur de la maison d'arrêt de la Santé, Bruno Clément-Petremann, interrogé par franceinfo, évoque un tunnel de "5 mètres", qui n'a, "a priori, rien à voir avec la prison, ou une tentative d'évasion".

De son côté, Guillaume Durand, adjoint en charge des espaces publics, espaces verts et mobilité à la mairie du 14e arrondissement parle "d'un tunnel de quatre mètres, en cul-de-sac qui est rue de la Santé mais à plus de 500 mètres de la prison, et a priori la police considère que c'est plutôt quelque chose qui aurait pour but de faciliter l'arrivée sur les catacombes, donc l'ouvrage de cataphiles". "Les services (de la ville de Paris) ont été mandatés et un ingénieur s'est rendu sur place pour faire procéder au comblement", a-t-il ajouté. 

En 2004 déjà, des tunnels avaient été découverts sous la prison parisienne. Mais après une enquête, les policiers avaient écarté toute volonté criminelle pour privilégier la piste des cataphiles, ces passionnés d'exploration souterraine.