VIDEO. Cérémonie d'ouverture des JO 2024 : quelles réponses à la question de la sécurité?

durée de la vidéo : 00h07mn04s
VIDEO. Cérémonie des JO 2024 : la sécurité au coeur des enjeux ©France 3 PIDF

C’est une première mondiale, le fleuve de la capitale va devenir le théâtre de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques. Une cérémonie ouverte à toutes et tous. Mais comment assurer la sécurité des spectateurs , Jean-Baptiste Pattier revient sur la polémique avec ses invités sur le plateau du 18H30.

600 000 personnes seraient attendues pour la cérémonie d'ouverture le long de la Seine le 26 juillet 2024. Un nombre, avancé par le comité d'organisation des jeux, qui inquiète la présidente de la région Ile-de-France. Valérie Pécresse met en exergue l'emplacement du lieu de la cérémonie en plein centre de Paris et la date "un vendredi soir de chassé-croisé" de vacances. Un jour pendant lequel les ponts devraient être fermés et où seul le métro parisien permettraient de traverser la Seine. La présidente d'Ile-de-France estime alors que la jauge des transports sera "insuffisante". Elle craint également un "mouvement de foule" le long des 6 kilomètres réservés à la cérémonie. 

Les principaux acteurs font bloc

Du côté de Michaël Aloïsio, directeur de cabinet des Jeux de Paris 2024, la volonté d'ouvrir "au maximum" cette célébration est totalement assumée. Il admet néanmoins qu' "un travail profond est en train d'être effectué pour ajuster au mieux la jauge". Selon lui, il est encore trop tôt pour avancer un nombre définitif de spectateurs sur les bords de Seine. Il assure néanmoins que le comité travaille sur la gestion de flux et que "la cérémonie sera accessible". 

Pour encadrer la foule, le ministère de l'Intérieur prévoit de déployer 2 000 agents de sécurité privée et 35 000 agents de sécurité publique. Trop peu selon certains et trop cher en effectifs pour d'autres. Pierre Brajeux, président de la fédération française de la sécurité privée, n'a lui-même pas répondu aux appels d'offres de Paris 2024, préférant privilégier ses clients historiques. "Il n'est pas question de les laisser tomber" confirme l'un des leaders du marché de la sécurité en France. Il assure cependant que "la profession répond à l'appel" et affirme entretenir une bonne collaboration avec le ministère de l'Intérieur. 

Une bonne collaboration soulignée par Pierre Rabadjan, adjoint à la maire de Paris en charge du sport, des jeux de Paris 2024 et de la Seine. "Aujourd'hui tout le monde est aligné sur les objectifs et les ambitions (...) il est évident qu'une cérémonie réussie est une cérémonie sécurisée, maintenant il ne faut pas que ça devienne l'enjeu principal" souligne toutefois l'élu. 

A voir si ces arguments suffiront à convaincre la présidente d'Ile-de-France. 

Retrouvez tous nos décryptages sur idf.france3;fr