Portrait-robot : à quoi ressemble le candidat aux élections régionales en Île-de-France ?

© France 3 Paris IDF
© France 3 Paris IDF

A quoi ressemble le candidat aux élections régionales en Île-de-France ? Pour ce scrutin 2015, ils sont 2.925 à se présenter devant les électeurs. Ouvrier ou professionnel de la politique... Nous avons passé au crible des statistiques chacune des 13 listes. Voici le portrait-type du candidat.

Par ET (avec Pierre-Olivier Chaput)

Dominique a 45 ans, et se présente face aux électeurs, pour espérer enfin entrer au conseil régional d'Île-de-France. Dominique est le candidat-type à ces élections régionales. C'est en effet le prénom le plus porté par les 2.925 candidats présents sur 13 listes, dans les huit départements de la région parisienne.

Dominique est un homme, autant qu'une femme ! En effet, la loi du 6 juin 2000 applique le principe de stricte parité au scrutin régional. Autrement dit, sur chacune des listes, il doit y avoir autant de femmes que d'hommes, dans le cas d'un nombre pair de candidats, et ce répartis alternativement.

Est-il, ou est-elle, davantage ouvrier, ingénieur, ou professionnel de la politique ? Nous avons soigneusement épluché les professions renseignées par les candidats et disponibles sur le site du ministère de l'Intérieur. Mais au-delà du portrait-type du candidat, il existe bien sûr des différences entre les listes. Âges ou catégories socioprofessionnelles... Voici ce que l'on a constaté.

La lutte des classes... Sur les listes électorales

Lors du dépôt des candidatures en préfecture, la profession de chaque candidat est renseignée. Avocat, enseignant ou commerçant... Lorsque l'on examine les 2.950 candidatures, on se rend compte que les cadres et professions intellectuelles supérieures sont très largement représentés, avec près de 43 % des candidats appartenant à cette catégorie. Ils sont plus de 71 % sur la liste socialiste contre 20 % sur la liste de l'UDMF.

Dans le détail, les listes Nous citoyens, FN, Aux urnes et Valérie Pécresse comptent le plus de commerçants, artisans et chefs d'entreprise, quand celle de Lutte ouvrière accueille près de 14 % d'ouvriers. Ces derniers sont par contre quasiment absents des autres listes. Autres grands absents de ces élections franciliennes : les agriculteurs. Seuls six candidats ont déclaré exercer cette profession.

A noter : 46 "permanents politiques" se présentent à ces élections, notamment sur les listes PS (11) et LR (12). De leurs côtés, les étudiants occupent une bonne place sur les listes FLUO (16) et Aux urnes (14).

Les élections de 18 à 91 ans !

Si notre candidat-type a un peu plus de 45 ans, il existe là encore de grandes disparités entre les 13 listes. Âgés en moyenne de 33 ans, les candidats de la liste d'Union citoyenne sont "les plus jeunes". A l'inverse, les candidats de Lutte ouvrière et de Debout la France sont en moyenne les plus âgés de ces élections régionales, en Île-de-France (entre 51 et 52 ans).

Enfin, si l'on regarde en haut et en bas de la pyramide des âges des candidats, on se rend compte qu'il n'y a pas d'âge pour se lancer dans l'aventure électorale. A plus de 91 ans, Lucette Vankerchoven, candidate de l'UPR dans l'Essonne, est la doyenne de ce premier tour. Jade Rozenkranc​, de la liste FLUO, ferme quant à elle la marche, avec ses 18 ans et quatre mois.

LIRE aussi : notre dossier Elections régionales 2015

A lire aussi

Sur le même sujet

Des robots et des hommes : le nouveau centre Amazon à Brétigny

Les + Lus