• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Le PSG domine l'Etoile rouge de Belgrade 6-1 avec un triplé de Neymar

© FRANCK FIFE / AFP
© FRANCK FIFE / AFP

Le PSG a vécu une soirée de Ligue des champions quasi parfaite mercredi soir au Parc des Princes, quinze jours après sa défaite à Liverpool, malgré les incidents après match. 

Par IA/AFP

L'Etoile rouge avait résisté 90 minutes au Napoli pour son retour en Ligue des champions, il y a quinze jours et après 26 ans d'absence à ce niveau. Face au PSG, elle a cédé après 20 minutes et un splendide coup franc, signé par un Neymar de plus en plus consistant.

Neymar sensationnel    

Le Brésilien a d'ailleurs doublé la marque deux minutes plus tard, avant de s'offrir un triplé d'un nouveau coup franc de rêve (81e). Et dire que son entraîneur Thomas Tuchel et lui avaient estimé avant la rencontre qu'il n'était "peut-être pas à 100%" de sa forme! "J'ai beaucoup aimé l'effort de l'équipe, mais Neymar a été sensationnel", a salué l'entraîneur allemand après la rencontre.
    
Edinson Cavani (37e), Angel Di Maria (42e) et Kylian Mbappé (70e) y sont aussi allé de leur (très beau) but, en naviguant tranquillement dans une défense serbe aux abois.
  
De quoi soigner la différence de but et gommer la mauvaise impression laissée par la défaite inaugurale en C1, sur la pelouse de Liverpool (3-2), même si Marko Marin a sauvé l'honneur de l'Etoile rouge (74e).
    
En Angleterre, Paris n'avait perdu que dans les derniers instants, chez le vice-champion d'Europe sortant. Mais il avait semblé manquer d'envie et d'implication et concédé beaucoup trop d'occasions pour ne pas prêter le flan aux critiques.
  
Cette fois, Neymar et consorts se sont montrés sérieux et tranchants, avec un petit bémol pour Kylian Mbappé qui a, ce n'est pas habituel chez lui, beaucoup raté face au but (9e, 39e, 49e, 71e), avant de marquer (70e).

Vrai test face au Napoli

Il faut dire que le gros point noir du précédent match avait été la solidité défensive du PSG, et notamment le repli de Neymar, Cavani et Mbappé. Difficile d'en juger mercredi soir face à des Serbes quasi inexistants offensivement.

Intouchable en championnat (8 victoires en 8 journées) avant la réception d'un autre européen, Lyon, dimanche, le PSG a en tout cas rassuré sur son appétit européen, trois semaines avant un test plus difficile, face au Naples de Carlo Ancelotti. Le Napoli qui, justement, a battu Liverpool 1-0 mercredi
soir.
  

 "Je ne veux pas que les gens prennent le match comme référence, je préfère qu'on effectue une très bonne prestation contre Liverpool ou Naples", a d'ailleurs temporisé le défenseur belge Thomas Meunier.
 

Quelques débordements après le match  

Ce sera à nouveau au Parc des Princes, mais pas forcément dans la même ambiance. Elle était particulière mercredi soir, en raison de la présence de supporters serbes disséminés dans l'ensemble du stade, de la mauvaise réputation des ultras de l'Etoile rouge et de la fermeture du virage Auteuil où sont habituellement installés les ultras du PSG.
    
L'UEFA avait en effet décidé la fermeture du parcage visiteur des Serbes pour le match et pour celui à Liverpool lors de la 3e journée de Ligue des champions, après des débordements en Autriche lors du barrage retour de C1. Et le virage Auteuil pour l'utilisation de nombreux engins pyrotechniques dans cette tribune lors du précédent match européen au Parc des Princes, le huitième de finale retour perdu contre le Real Madrid la saison précédente.
    
Les supporters serbes et parisiens se sont donc retrouvés installés à proximité à deux endroits du stade. Cela n'a pas donné lieu à des incidents pendant le cours de la rencontre, mais les ultras du PSG, qui ont allumé quatre ou cinq "pyros" à la 75e minute du match, ont quitté leur place à une dizaine de minutes de la fin.
    
Et une fois la partie finie, des incidents ont éclaté à l'extérieur du stade : plusieurs centaines de personnes cagoulées et équipés de fumigènes ont lancé des projectiles sur les forces de l'ordre, a constaté un journaliste de l'AFP.
    
La préfecture de police de Paris avait évoqué avant le match la possibilité que des supporters de l'Etoile rouge "se rassemble(nt) dans divers points de la capitale afin d'en découdre avec les supporters radicaux du PSG".

Sur le même sujet

Portrait du sculpteur Denis Monfleur dans son atelier

Les + Lus