• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Un réseau de trafic de véhicules utilitaires entre Marseille et l'Ile-de-France démantelé

Des pièces détachées ont été saisies lors des perquisitions menées après dix mois d'enquête sur un vaste réseau de trafiquants. / © Gendarmerie Nationale
Des pièces détachées ont été saisies lors des perquisitions menées après dix mois d'enquête sur un vaste réseau de trafiquants. / © Gendarmerie Nationale

C'est une longue enquête qui vient de sachever. Dix mois de recherches et de filature pour démanteler un vaste réseau de trafic de véhicules utilitaires. Il s'était implanté à Istres dans les Bouches-du-Rhône avant de s'étendre dans les Yvelines et en Essonne.

Par France 3 Paris IDF / VP

Tout a commencé à Istres en 2017. Les malfaiteurs sont soupçonnés d'avoir volé des dizaines de véhicules utilitaires dans la région Provence Alpes Côte-d'Azur. Entièrement démontés, ils étaient ensuite revendus en pièces détachées en Europe centrale. Pour cela les malfaiteurs bénéficiaient de la complicité de transporteurs polonais.

Trois ans pus tard au début de l'année 2019, le trafic s'étend à la région parisienne. Les trafiquants s'associent à d'autres groupes situés en Essonne et dans les Yvelines. De leur coté, les enquêteurs se regroupent eux aussi. Les gendarmes des Sections de recherches de Versailles et de Marseille vont mener ensemble l'opération «POLKA».  Les enquêteurs découvrent alors l'ampleur du trafic : des centaines de fourgonnettes ont été volées, revendues en pièces détachées rapportant ainsi des milliers d'euros.
 

Un premier coup de filet a eu lieu il y a une semaine sur des terrains situés en Essonne menant à plusieurs interpellations et à la saisie de pièces détachées. Quelques jours plus tard, les enquêteurs et des hommes du GIGN arrêtent une seconde équipe de malfaiteurs dans les Yvelines et l’Essonne. 

Cinq hommes ont été écroués, trois autres ont été mis en examen pour association de malfaiteurs, vols et recels en bande organisée. Ils encourent jusqu’à 15 ans de réclusion criminelle et jusqu’à 30 ans pour les récidivistes. 

Sur le même sujet

À Poissy, les habitants disent non au maintien de la prison en centre-ville

Les + Lus