De "la neige industrielle" sur les trottoirs de Moissy-Cramayel

Publié le
Écrit par Emmanuèle Bailly avec Julien Bernier

Ce matin, les habitants de Moissy-Cramayel dans le sud de la Seine-et-Marne ont eu la surprise de découvrir leur ville recouverte d’un mince tapis de neige. Mais si le paysage est joli, ce phénomène l'est moins. Cette neige, c'est de la "neige industrielle", et l'une des conséquences de l'épisode de pollution atmosphérique qui sévit depuis mardi sur la région Île-de-France.

La maire de Moissy-Cramayel, Line Magne, (PS) veut comprendre d’où vient cette neige et pourquoi elle n’a pas été prévenue de ce phénomène. "Pour elle, c’est clairement une pollution", explique-t-elle. "La commune se situe entre la Francilienne et l’autoroute A5, tous les jours des centaines de camions circulent aux abords de notre commune", précise-t-elle.

Moissy-Cramayel est située près de grands entrepôts logistiques de différents groupes. Les plateformes de Zalendo, Sarenza ou encore de celle Mondial relais installées dans la commune voisine de Lieusant font circuler leurs camions pour effectuer les livraisons.

La "neige industrielle": météo et pollution

Les cartes publiées depuis mardi par l'organisme Airparif, chargé de la surveillance de la qualité de l'air, montrent, une région Île-de-France particulièrement touchée par un phénomène de pollution aux particules.  

Lire aussi : Un pic de pollution aux particules fines annoncé à Paris et en Île-de-France

La neige dite "industrielle" est la conjonction d'un phénomène météo mais aussi fortement lié à l'activité humaine,

explique Météo-France.

Ce phénomène très local est difficile à prévoir et relève de la conjonction de trois éléments. Une baisse de la température, une forte humidité et un pic de pollution explique Météo-France. La "neige industrielle" est le résultat d’un phénomène météo mais aussi le produit de l’activité humaine détaille l’organisme dans une étude publiée en février 2020.

"Côté météo", est-il expliqué dans cette étude, "les chutes de neige se produisent par temps calme et froid en présence d’un puissant anticyclone hivernal avec une forte inversion de température, c’est-à-dire que l’air froid et humide, plus lourd que l’air chaud, reste 'coincé'. Cette inversion agit comme un couvercle et empêche la dispersion de l’humidité et de la pollution".  

Mais à elles seules ces conditions ne suffisent que rarement à produire de la neige, et c'est là que l'activité humaine intervient, précise le document. "La pollution liée aux industries, à la circulation, aux appareils de chauffage vient charger l'air ambiant d'humidité supplémentaire mais aussi de petites particules solides appelées noyaux de condensation. Par température négative et en l'absence de vent, la vapeur d'eau se fixe sur ces noyaux, gèle et se transforme en neige. Cette neige très fine, qui tombe sous forme d'aiguilles, peut réduire fortement la visibilité et tombe localement autour de la zone "polluée"".  

Mettre la pression sur les industries polluantes

A Moissy-Cramayel, la maire, s'inquiète de ce phénomène et souhaite mettre la pression sur les industries polluantes. Elle ne veut pas que "les choses en reste là, il faut que l’État se saisisse du problème". Elle a alerté la communauté d'agglomération de Grand Paris Sud et le préfet de Seine-et-Marne.