Entre inquiétude et envie de reprendre, les enseignants se préparent au retour en classe

Un enseignant prépare sa classe avant d’accueillir ses élèves dans quelques jours, le 11 mai à Melun en Seine-et-Marne. / © F.Benbekaï
Un enseignant prépare sa classe avant d’accueillir ses élèves dans quelques jours, le 11 mai à Melun en Seine-et-Marne. / © F.Benbekaï

Les enseignants d’Ile-de-France se retrouvaient ce lundi pour s’organiser avant le retour des élèves dans les écoles dans quelques jours. Mise en place du protocole sanitaire, revue des effectifs, une pré-rentrée inédite .

Par Morgane Prevost

Les marquages au sol dans le préau sont prêts. Dès jeudi, quinze élèves doivent revenir sur les bancs de l’école élémentaire Jean Bonis située dans le quartier Schuman, un quartier plutôt populaire de Melun (Seine-et-Marne). Habituellement, l’école accueille 90 élèves, mais ici les parents ne se bousculent pas pour remettre leurs enfants. "J’ ai fait des courriers en leur expliquant tout ce qui allait être mis en place sur l’école, pour l’instant, j’ai eu beaucoup de retours négatifs", explique Céline Breilly, directrice de l’école.

Des classes de 3 élèves

Les tables sont repositionnées pour assurer la mise en place des gestes barrières et de distanciation. Mais il ne devrait pas manquer d’espace. "Je vais avoir trois élèves donc je pense que ça sera facile à gérer quelque part", confie Berthe Barcault, enseignante en CP.

Car le protocole sanitaire, long de 60 pages, sera compliqué à mettre en place. "Récréation : aucun contact. Pas de jeux de ballons, de cordes à sauter…", explique la directrice aux enseignants. Ici la température des élèves sera prise chaque matin.

A Melun, 280 élèves seront accueillis en classe contre 4 600 habituellement. L’objectif est d’arriver à 25% d’effectifs d’ici juin.

Un nombre réduit d’enseignants

Dans les Yvelines, la rentrée s’organise aussi. Elle devrait commencer dès le 12 mai dans une majorité d’écoles. "C’est le chantier", souffle Jérôme Ossart, directeur d’une école élémentaire à Trappes et syndiqué au Snuipp-FSU. Il doit organiser sa pré rentrée avec un nombre très réduit d’enseignants.  "J’en ai trois quarts qui sont restés à la maison, pour des raisons de santé, d’eux-même ou de leur entourage. Sur 12 professeurs, je n’ai que 4 équivalents temps plein, donc c’est compliqué", constate-t-il.

Dès mercredi, il accueillera 29 élèves, soit 20% de l’effectif habituel. Quelques élèves de personnels soignants et une grande partie d’enfants aux profils fragiles, "ce sont les enfants du 115, des refugiés". Priorité aux CP et CM2 mais tous les niveaux seront accueillis.

"La grosse difficulté c’est le doublement de la charge de travail, les enseignants vont devoir assurer en classe et le soir assurer le distanciel pour les élèves restés à la maison", déplore le directeur.

D'après l’académie de Versailles, entre 50 et 70% des enseignants travailleront en présentiel selon les territoires. 92% des écoles sont "engagées vers une réouverture". 

Reprise le jeudi 14 mai à Paris

"Je pense que 90% des écoles seront ouvertes, ça se prépare dans de bonnes conditions", se félicite Patrick Bloche, adjoint au maire, chargé de l'éducation et la petite enfance. 10% des écoles resteront fermées, soit par manque d’enseignants ou par manque d’agents sanitaires, nous indique-t-il. L’académie ne communique pas encore de chiffres sur le nombre d’enfants pris en charge mais la mairie indiquait la semaine dernière qu'environ 20 000 élèves, sur un total de 130 000 pourraient être accueillis. 

4 enseignants sur 5 seraient inquiets

"Ça se passe entre bricolage et inquiétudes pour la plupart des enseignants, il semblerait que tout le matériel nécessaire, masques et gel ne soit pas parvenus dans toutes les écoles", dénonce Elisabeth Kutas, secrétaire départemental du Snuipp-Fsu. Selon une étude menée par ce syndicat, 4 enseignants sur 5 se disent inquiets du retour en classe. Pour Elisabeth Kutas, il aurait fallu reporter la rentrée.  

Réouverture des crèches dès le 12 mai à Paris

Les établissements de la petite enfance ouvriront à nouveau leurs portes. Dès demain, 283 établissements (crèches collectives, haltes garderies et jardins d’enfants) accueilleront un peu plus de 4 200 enfants, soit 20% de l’effectif global selon Patrick Bloche, adjoint à la petite enfance. "On a mis en place des mini-sections de 10 enfants". L'accueil sera assuré de 8h30 à 17h30.

Comme pour les écoles, seuls les enfants des personnels prioritaire seront accueillis.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus