• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Seine-et-Marne – Avec la vague de chaleur, les agriculteurs craignent pour leurs récoltes

La sécheresse atteint aussi les agriculteurs de la Seine-et-Marne qui craignent pour leurs récoltes. / © PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP
La sécheresse atteint aussi les agriculteurs de la Seine-et-Marne qui craignent pour leurs récoltes. / © PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP

La vague de chaleur a aussi touché les champs. La récolte du blé a baissé de 7% cette année et les agriculteurs sont inquiets pour leurs autres récoltes. Mais ils ont tout de même quelques raisons de se réjouir car les prix augmentent sur les marchés.

Par Farid Benbekaï avec MT

Pas une goutte de pluie depuis de nombreuses semaines. Les sols sont si durs que les agriculteurs se font rares. Il faudrait presque se munir d'un marteau-piqueur. "On va beaucoup moins profond déjà. Les outils à disques rentrent très bien mais les outils à dents, c'est plus compliqué, cela peut casser", explique Michaël Cochenin, un agriculteur.

La récolte de blé ne fut guère satisfaisante avec une baisse de 7%. Alors qu'en sera-t-il des tournesols, des betteraves et du maïs ? Pour Jérôme Boisgare de la coopérative Terre Bocage Gâtinais, certaines parcelles sont déjà irrécupérables : "Quand on coupe, ce sont des grains qui sont ridiculement petits. Cela peut représenter une bonne moitié de la taille de grain normale."

Il y a bien des systèmes d'irrigation qui permettent de sauver ce qui peut l'être mais la chaleur va encore précipiter les récoltes. "Quand on fait les cumuls de températures d'une année comme celle-là par rapport à une année moyenne, on a peu près 3 semaines d'avance. Et cela se verra aussi sur les cultures irriguées", indique Jérôme Boisgare.
 

L'ensemble du continent européen touché

Dans cette morosité ambiante, les analystes financiers scrutent le moindre signe favorable. Il y en a un de taille sur les marchés à terme : "On a une augmentation des cours du blé assez significative puisque les cours depuis 2 mois ont progressé de 20%", affirme Michel Portier, analyste Agritel.

Car la sécheresse impact aussi la Russie, un poids lourd de la filière ce qui devrait profiter aux céréaliers français. "Nous avons des prix qui progressent de manière très significative qui permettront à la France d'exporter et de prendre des places à l'export, que la Russie occupait encore l'an passé", pense cet analyste.

Mais pour l'heure tous les regards sont tournés vers les récoltes à venir. Or à ce stade, il n'y a pas de pluie en perspective.
 

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus