Accident d'un bus BlaBlacar en Belgique : deux personnes décédées

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emmanuelle Hunzinger avec AFP

Une Française de 17 ans et un Colombien de 29 ans ont été tués dimanche dans l'accident en Belgique d'un bus BlaBlaCar affrété par la société francilienne VIC qui faisait la liaison Paris-Amsterdam. Le chauffeur est soupçonné de conduite sous l'influence de stupéfiants.

Ce bus de la compagnie BlaBlaCar est parti dimanche à 7 heures du matin de Paris après un arrêt à Lille il se dirigeait vers Amsterdam. L'accident est survenu à la mi-journée sur l'autoroute E19, peu avant la frontière néerlandaise. 

Pour une raison encore indéterminée, un bus rouge siglé BlaBlacar, a dévié de sa voie de circulation puis heurté une glissière en béton, avant de se coucher sur le flanc, le pare-brise éclaté. D'après des témoins et des images de vidéosurveillance, aucun autre véhicule n'a été impliqué, et la sortie de route s'est faite "progressivement" avant le choc avec la glissière de sécurité. "On ne pouvait rien faire. On a vu que c’était très grave", témoigne un automobiliste témoin de l'accident. 

Le bus, affrété par la société partenaire VIC basée à Bondy en Seine-Saint-Denis, effectuait la liaison Paris-Lille-Amsterdam et transportait 30 voyageurs âgés de 16 à 39 ans : dix-sept Français, trois Américains, deux Allemands, deux Colombiens, deux Mexicains, deux Canadiens, un Italien et un Croate, a détaillé lundi le parquet d'Anvers.

Deux personnes ont été tuées et 13 personnes sont encore hospitalisées au lendemain de l'accident. Le pronostic vital est engagé pour 5 d'entre-elles. Le chauffeur a été légèrement blessé.

Détention provisoire pour le conducteur 

Dans un communiqué, le parquet d'Anvers a précisé avoir requis le placement en détention provisoire du chauffeur, un Français de 35 ans, qui doit être présenté d'ici mardi à la justice après son audition par la police fédérale. Une enquête a été ouverte pour homicides involontaires, coups et blessures involontaires, conduite sous l'influence de drogues et défaut de maîtrise du véhicule.

Après l'accident, le chauffeur du véhicule a subi un test salivaire à l'usage de drogues qui s'est révélé positif. Toutefois "une nouvelle analyse du sang et de la salive doit maintenant permettre de déterminer avec plus de certitude s'il conduisait sous influence", a poursuivi le parquet.

Un test salivaire qui s'est révélé positif aux stupéfiants 

La plateforme BlaBlacar s'est dite "profondément touchée" par le drame. "Bien que les contrôles de drogues ne soient pas légalement obligatoires pour que le chauffeur puisse démarrer le bus (contrairement à ce qui existe pour l'alcool), nous appliquons des procédures strictes pour sélectionner et contrôler nos partenaires de bus", a-t-elle assuré dans un communiqué dimanche. 

Dans ce communiqué BlaBlacar indique aussi que "Dès la nouvelle de l'accident, nous avons immédiatement pris contact avec les autorités et VIC, le partenaire exploitant cette ligne de bus, pour comprendre les circonstances de l'accident et venir en aide aux passagers. Nous avons immédiatement mis en place un numéro d'urgence (0 801 90 75 58) pour répondre aux questions des passagers et de leurs proches, ainsi qu’une cellule de soutien psychologique", précise-t-elle.

Blablacar affirme avoir lancé une enquête pour comprendre les raisons de cet accident.