En Seine-Saint-Denis, les violences conjugales ne reculent pas

Selon les derniers chiffres du ministère de l'Intérieur, la Seine-Saint-Denis fait partie des départements où le nombre de violences conjugales est le plus important.

208 000 personnes ont été victimes de violences conjugales en 2021 en France, soit une hausse de 21% par rapport à 2020. C'est ce que révèlent les dernières données du service statistique du ministère de l'Intérieur (SSMSI), diffusées ce jeudi, sur la base du recensement des services de police et de gendarmerie.

La Seine-Saint-Denis fait, une fois de plus, partie des départements où le nombre de femmes victimes enregistrées pour 1000 habitantes est le plus élevé, avec la Guyane, le Nord ou encore le Lot-et-Garonne.

En 2020, le département était en tête des territoires métropolitains en matière de violences conjugales, avec 9,2 femmes victimes pour 1000 femmes. 140 000 enfants du département seraient également des "co-victimes" de ces violences. 

Moins d'une victime sur quatre de violences conjugales porte plainte

La majorité des victimes de violences commises par leur partenaire ou ex-partenaire sont des femmes (87%). Et 89% des mis en cause enregistrés en 2021 sont des hommes. Fait notoire : moins d'une victime sur quatre de violences conjugales a porté plainte.

Deux tiers de ces violences sont des violences physiques, un peu moins d'un tiers sont des violences psychologiques ou verbales, note le SSMSI, qui ajoute que les violences sexuelles conjugales enregistrées sont très peu fréquentes (4% des victimes). "Dans 85 % des cas, il s'agit alors d'un viol ou d'une tentative de viol".

Des victimes qui se font de plus en plus connaître

Le service de statistique relève que le nombre d'enregistrements de faits a "pratiquement doublé depuis 2016, dans un contexte de libération de la parole et d'amélioration des conditions d'accueil des victimes par les services de police et de gendarmerie".

Ainsi, la part des faits anciens (commis avant leur année d'enregistrement) est passée de 18% en 2016 à 28% en 2021.

Depuis 20 ans, l'Observatoire départemental des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis, premier dans son genre, met en place de nouveaux dispositifs pour endiguer le fléau des violences conjugales. Le "violentomètre", l'un de ces dispositifs, permet à partir de 23 questions rapides de repérer des comportements violents et anormaux. Pour rappel, le numéro d'urgence destiné aux victimes est le 3919, accessible 24h/24 et 7 jours sur 7.

Avec AFP