Epinay - Une permanence dans un centre commercial pour signaler les violences faites aux femmes

Dans un contexte de hausse de violences intrafamiliales pendant le confinement, plusieurs organismes se sont réunis pour ouvrir un point d'information destiné à recueillir la parole de femmes victimes de violences dans un centre commercial à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis).
Une hausse de "36% en une semaine" des violences conjugales avait annoncé le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, après le début de la mise en place du confinement. Pour lutter contre ce phénomène, les différents organismes tentent de trouver des solutions.

En Seine-Saint-Denis, un point d'accueil des femmes victimes de violences conjugales a ainsi ouvert au centre commercial de l’Ilo à Epinay-sur-Seine. Cette permanence "a vocation à faciliter la signalisation des faits de violences par les femmes qui en sont victimes. Elle est ouverte les lundi, mercredi et vendredi de 10h à 17h, ainsi que les mardi et jeudi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h", précise un communiqué de la préfecture du département.  

Se signaler dans les pharmacies

Ce centre vient en complément d'une politique visant à faciliter au maximum la libération de la parole des victimes. Dans ce sens, un dispositif permettant aux femmes de se signaler dans les pharmacies a été mis en place.

"Grâce au concours de l’ordre des pharmaciens de la Seine-Saint-Denis, qui a accepté de relayer le dispositif dans les 400 pharmacies du département, une femme victime vient d’être prise en charge suite à son signalement dans une pharmacie", précise le document.

Mais outre le signalement des faits, le dispositif, pour être efficace, doit être accompagné de mesures d'éloignement. Dans le département, 20 chambres d'hôtel sont disponibles pour permettre l'éviction du conjoint violent.

Par ailleurs, "un nouveau centre d’hébergement des femmes victimes de violence est ouvert en Seine-Saint-Denis depuis le 15 mars géré par l’Amicale du Nid 93". D'une capacité de 19 femmes et enfants, il pourra, à terme, accueillir 49 personnes.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence conjugale société covid-19 santé