Inégalités, pauvreté et chômage : le constat accablant des inégalités dénoncé dans un rapport sur La Courneuve

La cité des 4000 à La Courneuve. / © VALENTIN BONTEMPS / AFP
La cité des 4000 à La Courneuve. / © VALENTIN BONTEMPS / AFP

Le maire (PCF) de La Courneuve, Gilles Poux, a commandé un rapport pour dénoncer les inégalités subies par les habitants de sa commune. Et le constat est sévère. La ville affiche des taux de 27% de chômage et 43% de taux de pauvreté, des taux beaucoup plus importants qu'à Paris.

Par Marc Taubert avec AFP

Dans le portrait dressé par l'"Atlas des inégalités territoriales", La Courneuve semble cumuler de nombreux défis qui touchent la Seine-Saint-Denis. Ce rapport réalisé par le cabinet Eneis-KPMG et commandé par le maire (PCF) de la ville, a comparé le territoire avec le XIIIe arrondissement de Paris, Les Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), le Perreux-sur-Marne (Val-de-Marne) et Vaulx-en-Velin (Rhône).

Une des illustrations parmi les plus criantes de la situation particulière dans laquelle se trouve La Courneuve est démontrée par les chiffres de la pauvreté. Avec 43,2% de personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté, la commune est la 9e la plus pauvre de France (deux autres villes du département figurent dans ce classement, Aubervilliers et Clichy-sous-Bois).
 

"Situation d'exclusion"

"On est sur un territoire en forte dynamique économique, qui devrait offrir des opportunités à la population." "Mais on a le sentiment que tout est fait pour qu'elle reste dans une situation d'exclusion", affirme ainsi Gilles Poux.

Car derrière les nombreux chiffres avancés par le rapport se dessine un retrait de l'État de ces zones. Ainsi, alors qu'il y a une forte proportion de jeunes dans la ville, le taux de scolarisation est inférieur à celui de l'Île-de-France (93,8% contre 96,8%). Il y a "des enseignants particulièrement jeunes et un taux de remplacement bien en dessous de la moyenne nationale", s'alarme le maire.

Autre exemple criant, alors que le département affiche le plus fort taux de criminalité de France, "on a 24 policiers de moins que la moyenne nationale", énumère l'élu.
 

18 propositions

Face à ce constat, "18 exigences pour rétablir l’égalité territoriale" ont été formulées qui représentent un coût de 10 milliards d’euros par an selon le maire.

Il demande par exemple la création d'un "fonds d'égalité territoriale" qui serait financé par l'attribution d'1% de la TVA collectée à l'échelle départementale. Il souhaite aussi la mise en place de "contrats incitatifs à destination des fonctionnaires expérimentés" ou "la gratuité des transports en commun à l’échelle du territoire national".

L'édile doit se rendre dans plusieurs villes de France pour rencontrer des élus et des associations d'ici à juin 2019 pour, peut-être, être entendu par le gouvernement.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Yvelines – Une marche blanche en l'honneur de Natacha, tuée par son ex-conjoint

Les + Lus