Législatives 2022 : une vague Nupes va-t-elle déferler en Seine-Saint-Denis ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marc Taubert avec Gaëlle Darengosse

Les électeurs de Seine-Saint-Denis avaient élu 7 députés de gauche sur les 12 circonscriptions que compte le département en 2017. Cette fois-ci unie, malgré quelques candidatures dissidentes, la gauche pourrait être ultra-majoritaire et l'emporter face aux deux seuls députés désignés par la majorité présidentielle.

Lors du premier tour de l'élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a recueilli 49,09% des suffrages, un record national pour un département qui compte déjà 5 députés Insoumis. Tous sont en bonne position pour être réélus.

Dans le département le plus pauvre de France métropolitaine, les électeurs ont sanctionné à l'élection présidentielle à la fois Emmanuel Macron, qui n'a recueilli que 20,27% des voix au premier tour de l'élection présidentielle, et Marine Le Pen : 11,88% des voix.

LFI espère l'emporter face à Jean-Christophe Lagarde

Mais ici, on ne vote pas forcément aux élections locales comme à celles nationales, ce qui pourrait profiter à certains barons locaux comme Jean-Christophe Lagarde, élu (UDI) depuis 20 ans à la tête de la 5e circonscription de Seine-Saint-Denis (Bobigny, Drancy, Le Bourget). Il est opposé cette année à Raquel Garrido de La France Insoumise – NUPES.

"François Hollande, en 2012, a fait 75% dans la circonscription. J'ai été élu avec 57% des voix, parce que les gens sont intelligents, ils savent faire la différence entre une présidentielle et une élection législative. Schématiquement, l'élection présidentielle est terminée, même s'il y en a qui voudraient en faire le 3e tour de l'élection présidentielle. Maintenant, la question est de savoir si les pleins pouvoirs seront confiés à Emmanuel Macron comme la dernière fois ou si on le contraint à prendre en compte toutes celles et ceux qui à droite, à gauche, ceux qui n'ont pas été enfermés par La France Insoumise, et au centre, peuvent discuter avec lui pour que l'on n'ait pas les excès que l'on a subi pendant le premier mandat", veut croire le député sortant, Jean-Christophe Lagarde, invité lors d'un débat organisé par France 3 Paris Île-de-France le 18 mai dernier.

Raquel Garrido, de son côté, répliquait sur le même plateau, que "c'est une circonscription qui a majoritairement voté pour un programme : L'Avenir en commun. Pour de la justice sociale, la protection de l'environnement. Et Jean-Luc Mélenchon. Je peux vous dire que les 20 000 voix qui se sont portées pour lui ont subi une sorte de colère, de frustration très forte, du non-passage de Jean-Luc Mélenchon au second tour de la présidentielle. Sur la circonscription, les gens attendent beaucoup que cette élection, ce troisième tour, soit la chance de mettre Jean-Luc Mélenchon Premier ministre. Il faut montrer un signe de cohérence entre le vote programmatique et le vote aux législatives".

Face à ces deux candidats favoris, le candidat Renaissance (majorité présidentielle) Nabil Ait Akkache veut croire en ses chances. Les habitants de "Bogigny, Drancy, Le Bourget, veulent du changement. Je pense pouvoir l'incarner. Je suis en désaccord avec ces deux candidats. Les Français veulent que leurs représentants leurs ressemblent, connaissent leurs difficultés, les vivent, les surmontent mais aient aussi un parcours de réussite pour donner un peu d'espoir aux familles et à leurs enfants", affirme-t-il pensant incarner "la relève et la jeunesse" face "au mandat de trop" de Jean-Christophe Lagarde. Le député sortant pointe, lui, "l'absence totale d'action de M. Macron en direction des quartiers populaires".

Le RN, qui a fait un score très bas au premier tour de l'élection présidentielle dans le département (11,88%), présente une candidate dans cette circonscription : Nelly Lestradet. Son suppléant, Gilles Clavel, était lui aussi présent sur le plateau. A la question de savoir si elle pourrait accéder au second tour, il a franchement répondu : "Non, je ne pense pas".

Voici les candidats dans cette 5e circonscription :

1 - Mme Nelly LESTRADET RN 2 - Mme Corinne CORBANI DXG 3 - M. Geoffroy DESBOIS ECO 4 - M. Raynald ROUECHE DVC 5 - M. Raphaël LIBERT REC 6 - Mme Raquel GARRIDO FI 7 - Mme Sonia AIROUCHE REG 8 - M. Nabil AIT AKKACHE ENS 9 - M. Gilles SAULIERE ECO 10 - Mme Amel HORMI DVG 11 - M. Jean-Christophe LAGARDE UDI 12 - M. Rodolphe FEGER DXG 13 - Mme Nao ARGOUSE DIV

► Revoir le débat avec les candidats de la 5e circonscription de Seine-Saint-Denis :

La majorité présidentielle joue son va-tout dans la 12e circonscription

Béton et verdure, HLM et pavillons cossus : la 12e circonscription de Seine-Saint-Denis (Cantons de Livry-Gargan, Montfermeil, Le Raincy) brasse les contrastes. Le député sortant est issu de la majorité présidentielle : Stéphane Testé. Il joue la carte macroniste, tendance aile gauche : "c'est plus la question du pouvoir d'achat qui revient et qui est centrale. Je pense que ce sera la tâche de la future Assemblée de plancher sur ce sujet. Je pense au bouclier tarifaire pour contrer les hausses des prix de l'énergie, au chèque alimentaire qui devra être bien ciblé".

Ce dernier vante le bilan présidentiel : "Il y a 5 ans, on nous parlait beaucoup d'emploi et de travail. Les bons résultats sur le plan du chômage, au plus bas depuis 15 ans, c'est un sujet qui revient beaucoup moins. Sur la formation, on est passé dans notre département de 6 000 apprentis à presque 16 000 jeunes en contrat d'apprentissage." Et de miser sur le même électorat qu'en 2017 pour se faire réélire : "on a un électorat stable qui va se remobiliser sur cette échéance".

Jérôme Legavre a été désigné par la NUPES pour lui faire face. Cet ancien secrétaire fédéral de Force ouvrière et secrétaire national du Parti ouvrier indépendant est accusé d'avoir été parachuté sur un territoire qu'il ne connaît pas. "La population ne parle pas de parachutage, ce n'est pas ce qui les intéresse. La population, ce qu'elle veut, ce que dit la majorité des gens, c'est 'on n'en peut plus, on veut tourner la page de 5 ans de Macron'. Les prix explosent, les salaires sont en berne, la situation de l'immense majorité de la population ne cesse de se dégrader, c'est vrai dans tous les secteurs", affirme-t-il.

Le candidat de la NUPES affiche fièrement sa proximité avec le chef de file des Insoumis. "Si nous avons la majorité, un gouvernement issu de cette majorité prendra immédiatement un décret pour le blocage des prix, l'augmentation du SMIC à 1500 euros, ce sont des mesures d'urgence. Mélenchon Premier ministre n'est pas qu'un slogan, c'est un élément de mobilisation pour remobiliser ceux qui très nombreux, majoritaires dans cette circonscription, ont voté au premier tour pour Mélenchon à la présidentielle", pense-t-il.

Un autre candidat pourrait créer la surprise : Ludovic Toro, maire de Coubron. Le candidat UDI avait perdu au second tour de 1100 voix en 2017 : "Le citoyen va voir le député qui va voir le gouvernement pour dire ce qui ne va pas. Est-ce que c'est ce qui a été fait ? Non, c'est tout le contraire. Le député a porté la parole du président et quand vous allez dans la rue et que vous demandez 'quel est votre député ?' et qu'au bout de 5 ans, on ne vous donne pas son nom, c'est qu'il a échoué en termes de proximité".

Voici les candidats dans la 12e circonscription :

1 - M. Malik HOUHA ECO 2 - Mme Sophie CICERO DXG 3 - Mme Mariam CISSE REG 4 - M. Ludovic TORO UDI 5 - M. Bahri CESUR DIV 6 - M. Pierre, Marie SALLE REC 7 - M. Jean-François PERIER RN 8 - Mme Amal AISSAOUI DXG 9 - M. Jérôme LEGAVRE FI 10 - Mme Stéphanie KLEBEK DVG 11 - M. Stéphane TESTÉ ENS 12 - M. Arnold VOILLEMIN DSV

durée de la vidéo: 03 min 31
Dans la 12e circonscription, Renaissance pourrait perdre son député ©France 3 Paris Ile-de-France

Clémentine Autain concurrencée à sa gauche

Autre circonscription qui risque de réserver des surprises : la 11e qui regroupe les communes de Sevran, Tremblay-en-France et Villepinte. Clémentine Autain, députée de La France Insoumise, a été désignée par la NUPES et est candidate à sa réélection.

Élue avec 59,52% des voix au second tour des législatives en 2017, elle affronte lors de ce scrutin une autre candidate à sa gauche : la première adjointe de François Asensi, le maire de Tremblay-en-France, Virginie de Carvalho (PCF). Une candidature téléguidée pour la nuire selon Mme Autain : "Depuis la minute où j'ai été élue, il ne l'a pas supporté", réagit-elle et de citer en exemple son ancien assistant, Stéphane Gatignon, ancien maire EELV de Sevran : "il lui a fait la peau".

Son adversaire, Virginie de Carvalho, se défend, elle, d'être "un pantin" et avance ses 20 années en tant qu'élue à Tremblay. Pour elle, sa présence répond avant tout à "une candidature du territoire" et promet de "rejoindre une majorité de gauche" si elle est élue.

Difficile de déterminer de réelles différences programmatiques entre les deux candidates. A la question de savoir quelles sont leurs priorités, elles répondent toutes les deux : le manque cruel de moyens au Centre hospitalier intercommunal Robert-Ballanger (Villepinte), le manque de transports en commun et le non-remplacement des enseignants.

"On fait partie des plus oubliés parmi les oubliés. On est au nord-est du département, on a des problèmes de services publics encore plus aggravés qu'ailleurs", poursuit Clémentine Autain, et de citer "le massacre de la politique du logement".

Virginie de Carvalho fustige également la politique d'Emmanuel Macron, notamment en ce qui concerne la défense de l'âge de départ à la retraite.

La droite pourrait profiter de ces divisions à gauche, mais elle part aussi divisée. Emmanuel Naud, conseiller municipal (DVD) de Tremblay-en-France a été investi par Les Républicains. Il fait face à la candidature UDI de Lynda Aït Mesghat.

Enfin, une dissidence en appelant une autre, Fabrice Scagni, élu au conseil municipal de Villepinte, se présente malgré l'investiture donnée par Renaissance (anciennement LREM) à Hakima Ouaret, elle-même au conseil municipal de la commune, mais appartenant à la majorité municipale.

Voici les candidats dans la 11e circonscription :

1 - M. Ton Tona KHUL DVD 2 - M. François MERETREL DIV 3 - Mme Lynda AÏT MESGHAT UDI 4 - M. Jean-Pierre LEVERRIER ECO 5 - Mme Isabelle COUFFIN-GUÉRIN DXG 6 - M. Emmanuel NAUD LR 7 - Mme Clémentine AUTAIN FI 8 - Mme Micheline GUILLEMETTE DXG 9 - Mme Hakima OUARET ENS 10 - Mme Renée JOLY RN 11 - Mme Virginie DE CARVALHO COM 12 - M. Fabrice SCAGNI DVC 13 - Mme Guillemette DUSAUSOY REC

Retrouvez l'ensemble des candidats en Seine-Saint-Denis ici.